julia dumont

Certains migrants affirment qu’ils trouvent dans les livres une fenêtre sur le monde, pour apprendre ou s’évader. Crédit : Creative Commons
À bord du Geo Barents, 659 personnes, dont 150 mineurs, attendent depuis une semaine de pouvoir débarquer dans un port sûr. Crédit : Rahul Dhankani/MSF
Un atelier de sculpture sur argile à la Halte humanitaire de la Fondation de l'Armée du salut. Crédit : Fondation Armée du salut
Un jeune homme remplit une bouteille au robinet installé près d'un campement, en juillet 2019. Ce lieu de vie a, depuis, été évacué. Crédit : InfoMigrants
Nassara, Mariam et Karidja, ont décidé, avec d'autres familles sans hébergement, d'occuper un campement à Bagnolet, fatiguées "de devoir bouger tout le temps". Crédit : InfoMigrants
Des jeunes migrant dans le hotspot de Lampedusa. Crédit :  Ansa, archives.
Un jeune étranger suit un cours de français avant de débuter un apprentissage. Image d'illustration. Crédit : InfoMigrants
Samedi 2 juillet, Resf a organisé un pique-nique dans le parc de Sceaux pour soutenir les jeunes apprentis étrangers qui ont reçu une OQTF. Crédit : InfoMigrants
Deux mineurs tchadiens vivant dans les rues de Paris (archives). Crédit : Mehdi Chebil pour InfoMigrants
Trois jeunes mineurs en recours sont au bord de la Seine, en proche banlieue de Paris, le 21 juin 2022. Crédit : InfoMigrants
La TIMMY dit observer que de plus en plus d'OQTF sont remises à des jeunes majeurs, arrivés mineurs en France. Image d'illustration. Crédit : Reuters
Dawda vient de Gambie. Depuis son arrivée à Paris mi-mai, il dort à la rue. Crédit : InfoMigrants