Cameroun

©Abdullah DOMA/AFP | Des migrants dans un centre de détention, en Libye avant d'être rapatriés dans leur pays, le 2 décembre 2017.
Albert est arrivé illégalement en Espagne à la fin des années. Il est aujourd'hui naturalisé espagnol et est parfaitement intégré dans le pays. Crédit : Boualem Rhoubachi
Environ 200 jeunes étaient présents pour la réunion éducative organisée à Yaoundé le 25 avril 2018. Crédit : Adrienne Surprenant/ Collectif Item
Philippe Nkouaya (en pantalon rouge) a étudié en master en France avant de rentrer au Cameroun monter son entreprise PhilJohn Technologies. Crédit : Julia Dumont
Après des études de droit en France, Patrick Djampa est rentré au Cameroun et s'est lancé dans la culture d'ananas. Crédit : Adrienne Surprenant/ Collectif Item
Albert tient une quincaillerie à Yaoundé. Après sept ans en exil, il est rentré au Cameroun avec l'aide de l'OIM. Crédit : Adrienne Surprenant/ Collectif Item
Jean-Fandrick (au centre) a retrouvé sa famille à Yaoundé après 9 mois passés en Libye. Crédit : Adrienne Surprenant/ Collectif Item
Des migrantes rapatriées de Libye par l'OIM. Crédit : Reuters
Jacky Moiffo cherche son petit frère, réduit en esclavage en Libye.
Reinnier KAZE / AFP | Une réfugiée nigériane dans le camp de Minawao, au Cameroun, en 2014.
André Belibi Eloumou, 31 ans, traverse la France, et bientôt l'Espagne, en direction du Maroc. Un périple de trois mois pour rendre hommage aux "flux migratoires".
RFI/Bineta Diagne | Brahima Diallo, un migrant guinéen installé au Nigeria depuis huit ans.