Le navire Lifeline en juin 2018. Crédit : Hermine Poschmann/Misson-Lifeline/Handout via REUTERS
Le navire Lifeline en juin 2018. Crédit : Hermine Poschmann/Misson-Lifeline/Handout via REUTERS

Plus de 13 000 personnes sont mortes en mer Méditerranée ces trois dernières années. Pour tenter d'enrayer la tragédie, des navires humanitaires se relaient dans la zone de détresse, au large des côtes libyennes pour les secourir. Combien sont-ils ?

Déjà 13 000 morts en mer Méditerranée depuis 2015. Les traversées entre les côtes nord-africaines et européennes sont dangereuses, voire impossibles à bord de canots de fortune

Selon l’ONG SOS Méditerranée, 720 migrants sont morts ces deux derniers mois en mer Méditerranée. Au moment de ces drames, aucun bateau humanitaire n’était présent dans l'immense  zone de détresse (SAR zone) située au large des côtes libyennes. Pourquoi ? Plusieurs navires de secours ont cessé leur mission, d’autres sont retenus par les autorités dans des ports européens. D’autres encore doivent s’absenter un long moment pour rejoindre un port européen de débarquement.

InfoMigrants fait le point.

Les navires humanitaires en activité dans la zone de recherche et de sauvetage :

-L’Aquarius : Il est actuellement en route vers Malte où il a obtenu l’autorisation de débarquer 141 migrants secourus la semaine dernière. Il n’est donc pas présent dans la SAR zone (zone de recherche et de sauvetage).

L’Aquarius, qui bat pavillon à Gibraltar, est également menacé de perdre son pavillon. Sans pavillon, un bateau n’est pas autorisé à opérer en mer.

-L’Open arms : Le navire humanitaire de l’ONG Proactiva Open Arms était la semaine dernière à Algésiras, dans le sud de l’Espagne pour débarquer des migrants secourus en mer. Il est actuellement en route vers la SAR zone, et devrait reprendre sa mission de recherche et de sauvetage d'ici quelques jours.

À la date du 15 août 2018, aucun navire humanitaire n’est donc présent dans la zone de détresse, au large des côtes libyennes.

Les navires de sauvetage bloqués (dont les missions sont donc suspendues) :

-Le Lifeline est actuellement bloqué à Malte.

-Le Seefuchs est actuellement bloqué à Malte.

-Le Sea Watch 3 est actuellement bloqué à Malte.

-Le Iuventa est actuellement bloqué en Italie.

Les autorités maltaises arguent d’une irrégularité administrative concernant le Lifeline, le Seefuchs et le Sea Watch. Malte dit vouloir s’assurer que leurs papiers sont en règle avant de les laisser repartir en mer.

L'Italie a accusé il y a un an le Iuventa, de l'ONG allemande Jugen Rettet, d'être de mèche avec les trafiquants libyens. Le bateau est toujours immobilisé par les autorités italiennes.

Les navires qui ont cessé leur mission :

-Le Vos Hestia, de l’ONG Save the Children, a cessé sa mission en octobre 2017.

-Le Minden, de l'ONG Lifeboat, a cessé sa mission depuis l'été dernier.

-Le Golfo Azzurro, de l’ONG ProActiva, a cessé sa mission depuis l’été dernier.

-Le Prudence de Médecins sans frontières, a cessé sa mission en octobre 2017.

-Le Phoenix, de l’ONG Moas, est parti l’été dernier porter secours aux Rohingyas au large de la Birmanie.


 

Et aussi