Agadez, dernière ville nigérienne avant le désert et la Libye. Crédit : Mehdi Chebil
Agadez, dernière ville nigérienne avant le désert et la Libye. Crédit : Mehdi Chebil

L’Union européenne a versé une aide de 21 millions d’euros au gouvernement nigérien pour aider le pays à sécuriser ses frontières et ainsi empêcher le passage de migrants vers la Libye.

L’Union européenne (UE) a versé une aide de 21 millions d’euros (près de 13,775 milliards de francs CFA) au Niger pour l’aider dans la lutte contre l’émigration clandestine vers l’Europe et pour la "sécurité intérieure", selon un communiqué transmis lundi à l’AFP.

Cette aide financière "soutient plus particulièrement les réformes" notamment dans les secteurs de "la sécurité intérieure", de "la gestion des frontières" et de "la lutte contre la migration irrégulière et le trafic des êtres humains".

Début juillet, le président nigérien Mahamadou Issoufou avait jugé "pas suffisant" ce fonds de 1,8 milliard d’euros mis en place par l’UE pour lutter contre les migrations clandestines en Afrique.

>> À relire sur InfoMigrants : À Agadez, rescapés de Libye et migrants en quête d'Europe se croisent sans se voir

"Cimetière à ciel ouvert"

Selon les statistiques européennes, environ 90% des migrants d’Afrique de l’Ouest traversent le Niger sur leur parcours vers la Libye et l’Europe. Mais les passages se sont raréfiés. Le président du Parlement européen, Antonio Tajani, s’était réjoui de la chute "de plus de 95%" du flux de migrants transitant par le Niger vers la Libye et l’Europe, entre 2016 et 2017.

Pour lutter contre les passeurs, Niamey a voté en 2015 une loi très sévère rendant leurs crimes passibles de peines pouvant aller jusqu’à 30 ans de prison. L’armée a également multiplié les patrouilles contre les migrants dans le désert à la frontière avec la Libye.

Pour autant, ce durcissement semble loin de décourager les migrants et passeurs. En 2017, des élus d’Agadez, la grande ville du nord nigérien et plaque tournante du trafic d’êtres humains, avaient affirmé que le désert nigérien était devenu "un véritable cimetière à ciel ouvert" pour les migrants.

>> À relire sur InfoMigrants : "Il a creusé une tombe en plein désert pour un migrant inconnu"


 

Et aussi