Photo d'archive - des migrants, porte de la Chapelle, à Paris, en 2017. Crédit : Mehdi Chebil
Photo d'archive - des migrants, porte de la Chapelle, à Paris, en 2017. Crédit : Mehdi Chebil

Pour les migrants qui viennent d’arriver en France, et surtout à Paris, trouver un toit est une priorité. L’État pourvoit des places en hébergement d’urgence avant de répartir les migrants dans des structures adaptées partout en France. InfoMigrants vous aide à y accéder.

Après avoir démantelé les camps de migrants illégaux à Paris, l’État a renforcé son dispositif d’hébergement d’urgence en créant des structures de premier accueil (appelées CAES, centres d’accueil et d’examen de la situation). À l'intérieur de ces centres, les migrants trouvent un toit et bénéficient d'un entretien pour évaluer leur situation administrative. 

>> À lire : Reportage dans un CAES, première étape dans la prise en charge des migrants

Malgré ce dispositif, des centaines de migrants, toujours à la rue - notamment vers la porte d’Aubervilliers dans le nord de la capitale - ne sont pas au courant de l’existence des structures d’hébergement mises en place pour eux. D’autres ne comprennent pas très bien comment y avoir accès. Pourtant, ces structures sont accessibles à tous : sans-papiers, dublinés, demandeurs d'asile. 

Pour les aider au quotidien, des associations comme Utopia 56 essaient de trouver des hébergements solidaires - chez des Parisiens - pour une ou deux nuits. Des associations, comme Aurore, distribuent des petits-déjeuners chaque matin. L'ONG Médecins du Monde (MdM), de son côté, se charge des soins médicaux via des cliniques mobiles. 

InfoMigrants explique le parcours pour accéder à un hébergement de longue durée et entrer dans un processus de régularisation (déposer un dossier d'asile...). 


 

Et aussi