Des migrants près du fleuve Evros, à la frontière greco-turque. Crédit : Reuters
Des migrants près du fleuve Evros, à la frontière greco-turque. Crédit : Reuters

Trois migrants, morts de froid, ont été retrouvés dans des villages turcs situés près de la frontière grecque. Les corps ont été envoyés à Istanbul pour une autopsie.

Trois migrants ont été retrouvés morts de froid dans trois villages turcs situés près de la frontière grecque, a rapporté mardi l'agence étatique Anadolu.

Les autorités ont été alertées une première fois par un berger qui a découvert un corps allongé et immobile, dans le village turc de Serem. Arrivés sur place, les gendarmes et des équipes de secours ont identifié la victime : il s’agit d’un migrant afghan probablement mort gelé, selon Anadolu.

Les corps de deux autres migrants clandestins, ont été découverts "il y a plusieurs jours", dans les villages de Akcadam et Adasarhanli. Leur nationalité n’a pas été dévoilée.  

Les corps des trois victimes ont été envoyés à Istanbul pour une autopsie.

>> À relire : "La Turquie se dit débordée par l'afflux de migrants"

Un Afghan de 29 ans, Jamaluddin Malangi, interpellé par les autorités, a affirmé qu’il connaissait une des victimes. En Grèce, à la frontière, "nous cherchions de l’aide en frappant aux portes des maisons", a-t-il expliqué. "Quelqu’un a dû appeler la police parce que les policiers grecs sont venus et nous ont ramenés jusqu’au fleuve Evros, et ils nous ont mis dans des canots" pour retourner en Turquie.

Augmentation de 140% des passages entre la Turquie et la Grèce

Après s’être tari, le flux migratoire, notamment de Syriens et Afghans, a repris via la frontière terrestre gréco-turque, traditionnel passage depuis des décennies.

Entre janvier et fin octobre 2018, plus de 11 000 personnes au total ont franchi cette frontière à destination de l'Europe, "une augmentation de 140 %" par rapport à la même période 2017, selon Irini Logotheti directrice du camp de Fylakion, à proximité du fleuve Evros, qui marque la frontière gréco-turque à l'extrême nord-est de la Grèce.

Les chiffres ont triplé, "passant de 5 400 en 2017 à 14 000 en 2018", a ajouté le ministre grec de la Politique migratoire, Dimitris Vitsas.

Quant à la frontière maritime entre les deux pays, 28 000 personnes ont franchi la mer Égée depuis les côtes occidentales turques et sont arrivées sur les îles grecques contre 30 500 l'année dernière.

 

Et aussi