Des réfugiés burundais attendent à l'entrée du camp de réfugiés de Nyarugusu, dans le nord de la Tanzanie, le 11 juin 2015.Crédit : AFP / Stéphanie Aglietti
Des réfugiés burundais attendent à l'entrée du camp de réfugiés de Nyarugusu, dans le nord de la Tanzanie, le 11 juin 2015.Crédit : AFP / Stéphanie Aglietti

En Tanzanie, les camps de réfugiés burundais débordent. Face à l'afflux massif de réfugiés en provenance du Burundi, les camps tanzaniens sont aujourd’hui saturés, affirme l’ONG Médecin sans frontières (MSF) qui dit craindre « l’une des plus importantes crises de réfugiés en Afrique ».

Sur les 310 000 Burundais qui ont quitté le pays depuis le début de la crise en avril 2015, 250 000 se trouvent dans les camps tanzaniens où la surpopulation implique des risques sanitaires majeurs.

Le chiffre pourrait même atteindre 280 000 personnes d'ici la fin de l'année, selon MSF. Alors que les autorités de Bujumbura affirment que les Burundais rentrent massivement au pays, MSF fait plutôt le constat inverse : le flux des réfugiés ne cesse d’augmenter.

10 000 réfugiés par mois en provenance du Burundi

« On a assisté à un quasi quintuplement du nombre de réfugiés ces quatre derniers mois. Et aujourd’hui à peu près, 10 000 réfugiés burundais arrivent chaque mois en Tanzanie. Le niveau de prise en charge ne suit pas du tout cette augmentation et nous sommes très inquiets pour la situation sanitaire et humanitaire à l’intérieur de ces camps pour les mois à venir », estime Laurent Ligozat, directeur adjoint des opérations de MSF.

« On est plutôt, ces derniers temps, dans une augmentation », note encore Laurent Ligozat. « C’est vrai que lors des premiers mois de l’année, il y avait eu une chute du nombre d’arrivées par rapport à l’année dernière, entre autres, où le gros des réfugiés était arrivé. Mais on constate depuis ces derniers mois une augmentation à nouveau du nombre de Burundais qui viennent se réfugier en Tanzanie », conclut-il.

 

Et aussi