Donald Trump s’attaque une nouvelle fois à l’immigration avec un prochain décret permettant de bloquer pendant un mois l’arrivée aux États-Unis des ressortissants sept pays musulmans : Irak, Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen.

Le président américain devrait poursuivre cette semaine son offensive contre l’immigration. Après la signature mercredi d’un décret sur la construction d'un mur à la frontière avec le Mexique, Donald Trump pourrait en signer un autre jeudi 26 janvier, qui permettrait de bloquer pendant un mois l’arrivée aux États-Unis de ressortissants de sept pays musulmans : Irak, Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen.

Ce projet de décret présidentiel publié mercredi soir par le quotidien américain Washington Post et intitulé "Protéger la nation d’attaques terroristes par des étrangers" prévoit également l’arrêt complet pendant quatre mois du programme américain d’admission de réfugiés de pays en guerre.

Le nouveau président élu veut aussi diviser par deux le nombre de réfugiés accueillis en 2017, passant de 100 000 réfugiés prévus par l’administration d’Obama à seulement 50 000, toutes nationalités confondues.

Ce décret va "à l’encontre des valeurs de l’Amérique"

Donald Trump, qui a été élu sur des slogans de campagne isolationnistes et de lutte contre le "terrorisme islamique radical", a défendu ces mesures, affirmant mercredi soir sur la chaîne de télévision ABC qu’il fallait agir dans "un monde en colère", devenu "un foutoir complet". "Ce n’est pas une interdiction contre les musulmans mais cela concerne des pays qui ont beaucoup de terrorisme", a affirmé le milliardaire.

Avant même la signature du décret, celui-ci a été dénoncé par des groupes de défense des droits de l’Homme. "Tourner le dos à des réfugiés vulnérables ne va pas protéger les États-Unis", a condamné l’ancien patron du centre national du contre-terrorisme et aujourd’hui membre de l’association Human Rights First, Michael Olsen. Au contraire, "cela va nourrir le récit mensonger de l’organisation État islamique pour qui nous sommes en guerre contre les musulmans et non contre les groupes terroristes", a-t-il insisté.

L’ancien ambassadeur américain en Irak et en Syrie a également réagi, affirmant qu’"interdire l’admission de réfugiés syriens va à l’encontre des valeurs de l’Amérique et sape son leadership". À noter que sous la présidence d’Obama, seuls 18 000 Syriens ont été accueilli aux États-Unis depuis 2011.

Les "villes sanctuaires" appellent à la résistance

Donald Trump a par ailleurs signé un autre décret mercredi pour appliquer plus sévèrement la législation sur l’immigration. Il prévoit de réduire les financements fédéraux de Washington pour les quelque 200 "villes sanctuaires" aux États-Unis qui accueillent depuis des décennies des immigrés clandestins.

Le président s’est ainsi attiré les foudres des maires démocrates de Los Angeles, New-York ou encore Chicago. Ce dernier, Rahm Emanuel, ancien secrétaire général de la Maison Blanche sous Barack Obama, a lancé : "Que vous soyez de Pologne, du Pakistan, de l’Inde, d’Irlande, d’Israël, du Mexique ou de Moldavie, vous êtes les bienvenus à Chicago."

Dans son décret, le président américain ordonne au département de la Sécurité intérieure de "s’assurer" que ces villes seront dorénavant privées de tous les fonds qui peuvent légalement leur être coupés. Les fonds fédéraux représentent parfois des sommes colossales — 10,4 milliards de dollars rien que pour New York, selon CNN — mais une partie d'entre eux sont intouchables.

Le maire de New York, Bill de Blasio, a souligné mercredi que les coupures pourraient ainsi avoir l'effet inverse de l'objectif affiché, puisque ce sont les services de police qui en seraient les premières victimes. À Manhattan, la population s’est aussi soulevée contre le projet de décret présidentiel. Plus d’un millier de personnes sont descendues dans la rue pour dénoncer les mesures anti-immigration en scandant : "Pas d’interdiction ! Pas de mur ! New York est à tout le monde !"
 

Et aussi