© InfoMigrants
© InfoMigrants

C'est le premier livre publié, pensé et écrit pour des enfants réfugiés en Allemagne : "Ein Stern, der in dein Fenster schaut", littéralement une étoile qui regarde à travers ta fenêtre.

Thomas Mac Pfeiffer est un auteur d'ouvrages pour enfants à succès. Pour son dixième livre, il a choisi de recueillir 10 histoires spécialement pour les enfants réfugiés. " Je me suis réveillé en pleine nuit et j'ai pensé à tous ces enfants qui ont fui la guerre, failli perdre la vie et qui n'arrivent pas à dormir, se souvient l’auteur. Je me suis alors mis à la fenêtre et j'ai regardé le ciel étoilé. Et je me suis dit, que si ces enfants font pareil que moi en cet instant, ils voient la même étoile que moi, une étoile qui scintille et qui est leur amie. "

Cette étoile est présente sur la couverture du livre qui compile des histoires venues de Syrie, d'Irak ou encore du Burkina Faso. « Ils voient cette étoile qui les regarde à travers la fenêtre, et peut-être qu'ils peuvent s'endormir paisiblement. » 

Pour réaliser ce livre, Thomas Mac Pfeiffer est allé recueillir les histoires auprès d'enfants et de familles venus chercher la protection en Allemagne. Suzan Marogi, Syrienne et mère de trois enfants, a participé à la recherche et à la traduction. " Vous avez par exemple l'histoire de deux amis qui habitent un petit village dans la région de Damas, raconte-telle. Tous les jours, ils prennent ensemble le même chemin pour se rendre à l'école. Sur ce chemin, ils vont vivre des aventures et devront s'entraider comme le font les meilleurs amis. "

Toutes les histoires sont rédigées en huit langues : en allemand, mais aussi en pachtoun, en mòoré, en anglais, en français ou encore en arabe. De quoi retrouver quelques repères, car comme le rappelle Thomas Mac Pfeiffer, " ces enfants ont besoin de calme, de se sentir en sécurité, et de se retrouver dans leur cocon. "

 

Auteur : Julien Mechaussie

Première publication le 2.01.2017



DW n'est pas responsable des contenus provenant de sites Internet externes





 

Texte initialement publié sur : Deutsche Welle

 

Et aussi