Le repas de l'iftar partagé dans les locaux de l'association "Les mains solidaires", au Maroc. Crédit : Les Mains solidaires
Le repas de l'iftar partagé dans les locaux de l'association "Les mains solidaires", au Maroc. Crédit : Les Mains solidaires

L’association "Les mains solidaires" a organisé mardi dernier un repas collectif de rupture du jeûne pour les migrants, dans la ville de Tetouan, au nord du Maroc. L'événement s'est déroulé dans une ambiance "familiale".

Ce fut une ambiance bonne enfant, un dîner de rupture de jeûne pour oublier, pendant quelques heures, les difficultés de leur quotidien. Des dizaines de migrants ont pu partager mardi un repas d’iftar, à Tetouan, une ville dans le nord du Maroc. L’association "Les mains solidaires", à l’origine du projet, a servi des dattes, de la soupe marocaine, du riz et du fromage, en plus des pâtisseries marocaines habituellement consommées durant le ramadan.

La vice-présidente de l’association Dr Raja Marsou a déclaré que l’événement plaisait beaucoup aux migrants. "Nous les avons accueillis avec leurs enfants, comme s’ils étaient des invités. Et il n’y avait pas que des réfugiés musulmans, des réfugiés chrétiens sont également venus partager ce moment avec nous."

La plupart des migrants ne sont pas venus d’eux-mêmes au siège de l’association. Les bénévoles sont allés les chercher dans les mosquées et aux croisements des grandes rues, où ils ont l’habitude de mendier. Plus de trente personnes ont ainsi pu bénéficier de ces repas.

Une association encore méconnue

Ce rassemblement culinaire permet aussi aux migrants – souvent originaires d’Afrique subsaharienne – de découvrir un pan de la culture marocaine. Ils affichent d’ailleurs, selon Raja Marsou, beaucoup d’intérêt pour les mets qu’ils découvrent : ils posent des questions sur l’origine de certains plats et sur leur préparation, et ces échanges se terminent souvent en discussions collectives.

>> À lire sur InfoMigrants : "Mama Hajja", femme médecin marocaine chérie par les migrants subsahariens 

L’association peut difficilement faire plus. Au vu de ses moyens limités, elle ne peut offrir tous les jours un repas de rupture de jeûne aux migrants. Mais elle distribue à tous, une fois par semaine, des produits alimentaires ainsi que des produits d’hygiène, et ce tout au long de l’année. Le collectif dispose aussi d’un "dressing" pour les dons de vêtements.

Aujourd’hui, l’association cherche à se faire connaître. Malgré six ans d’existence, "Les mains solidaires" reste assez méconnue de sa cible. Des sorties sont ainsi régulièrement organisées auprès des migrants pour les informer des services que le collectif met à leur disposition.

Pour en savoir plus sur cette association, cliquez ici : https://www.mainssolidaires.com/mains-solidaires/

Sur Facebook, l’association est joignable ici : https://www.facebook.com/groups/1702997456597365/


 

Et aussi