Les pirogues à quai à Soumbédioune, Dakar, Sénégal, novembre 2020. Crédit : RFI/Charlotte Idrac | 
Les pirogues à quai à Soumbédioune, Dakar, Sénégal, novembre 2020. Crédit : RFI/Charlotte Idrac | 

La commissaire européenne Ylva Johansson a proposé vendredi de déployer l'agence européenne de protection des frontières au Sénégal pour aider à lutter contre le trafic de migrants, alors que les traversées vers les Canaries sont en nette augmentation. Si la proposition est acceptée par les autorités sénégalaises, ce serait la première fois que Frontex est déployé hors d'Europe.

Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

C’est pour l’instant une proposition faite par Ylva Johansson. La commissaire européenne chargée des Affaires intérieures a proposé le déploiement au Sénégal de Frontex, l’agence européenne de surveillance des frontières, lors d'une visite vendredi 11 février à Dakar.

Pour l’Union européenne, l’intérêt immédiat est de contrôler le trafic d’êtres humains avec les embarcations qui partent des côtes sénégalaises vers l’archipel espagnol des Canaries. Mais le principe serait aussi de surveiller les mouvements migratoires vers l’Europe via la Mauritanie ou bien la route plus longue via l’Algérie et la Libye.

L’idée est une collaboration opérationnelle des garde-côtes et gardes-frontières de l’agence Frontex avec la gendarmerie nationale sénégalaise et sous sa direction. L’UE envisage le déploiement de navires, de personnel et de matériel. La commissaire européenne aux Affaires intérieures a évoqué par exemple des drones.

Premier déploiement hors d'Europe

L’agence Frontex de surveillance des frontières extérieures de l’Union est en train de monter en puissance : son effectif devrait s’élever à 10 000 garde-côtes et garde-frontières dans quatre ans, soit dix fois plus qu’en 2018. Elle n’a jamais été déployée hors d’Europe et cette proposition faite au Sénégal illustre à l’avance la priorité que va mettre l’Europe sur les questions migratoires lors du sommet avec l’Union africaine dans une semaine.

Cette annonce intervient alors que les tentatives d'accès aux îles Canaries, porte d'entrée dans l'Union européenne, connaissent une forte augmentation. L'archipel espagnol se trouve à un peu plus de 100 kilomètres de la côte africaine, à son point le plus proche. Mais les conditions de traversée de l'Atlantique sont souvent dangereuses et les candidats à l'émigration bravent le danger à bord de pirogues instables.

Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), environ 1 200 personnes sont mortes ou ont disparu en tentant cette traversée en 2021. L'ONG espagnole Caminando Fronteras a avancé en début d'année le chiffre de plus de 4 400 morts pour la même période.

 

Et aussi