Un navire de garde-côtes grecs dans le port de Mytilène, le 6 septembre 2021. Crédit : Dana Alboz/ InfoMigrants
Un navire de garde-côtes grecs dans le port de Mytilène, le 6 septembre 2021. Crédit : Dana Alboz/ InfoMigrants

Les garde-côtes grecs ont découvert une nouvelle personne décédée près du port de Mytilène, à Lesbos, mercredi 2 mars. La veille, six dépouilles de trois hommes et trois femmes d'origine africaine avaient été retrouvées, sur une plage et en mer.

Le corps d'une personne a été découvert par les garde-côtes grecs sur une côte de Lesbos, à moins d'un kilomètre du port de Mytilène, le chef-lieu de l'île grecque.

La veille, mardi 1er mars, les corps de six personnes d'origine africaine avaient déjà été retrouvés. Trois hommes, et trois femmes. Quatre d'entre eux avaient été découverts sur le plage d'Ano Skala, tandis que les deux autres avaient été repêchés en mer. Aucun ne portait de gilet de sauvetage, selon les garde-côtes. Ces derniers recherchaient, depuis, d'éventuelles nouvelles victimes d'un naufrage.

La septième dépouille retrouvée mercredi "a été transférée à l'hôpital de Mytilène pour effectuer une autopsie" ont indiqué les autorités. Ce fut également le cas également des six autres corps.

Pour l'heure, les autorités grecques n'ont pas signalé de débris de bateau retrouvé, ni repéré le lieu précis du naufrage qui aurait entraîné ces sept décès.

Des drames qui se multiplient en mer Égée

Les drames se multiplient en mer Égée depuis de nombreux mois. En décembre 2021, trois naufrages avaient eu lieu en trois jours, faisant 45 victimes.

Le ministre de la Marine marchande et de la Politique insulaire, Ioánnis Plakiotákis, avait alors déploré l'incident, et affirmé que 1450 opérations de recherche et de secours avaient été menées par les garde-côtes grecs au cours de l'année 2021.

Pourtant, ces dernières années, la Grèce, avec l'aide de Frontex, l'agence européenne de surveillance des frontières, a considérablement resserré les contrôles, limitant les arrivées des migrants sur les îles du nord-ouest de la mer Égée. Les défenseurs des droits de l'Homme dénoncent régulièrement des refoulements illégaux perpétrés en mer et qui permettent de faire baisser les chiffres des arrivées en Grèce.

>> À (re)lire : Selon les Turcs, trois migrants ont été jetés à la mer par les gardes-côtes grecs

Selon l'ONG norvégienne Aegan Boat Report, 629 cas de refoulements illégaux de migrants ont été observés dans les îles de la mer Égée en 2021. Plus de la moitié ont eu lieu à Lesbos et à Samos.

 

Et aussi