GIUSEPPE CACACE / AFP | Un nombre conséquent de policiers autrichiens dans l'expectative, en 2016 sur le paisible col du Brenner, alors qu'à une poignée de mètres, la police italienne est aux prises avec des activistes anti-frontière.
GIUSEPPE CACACE / AFP | Un nombre conséquent de policiers autrichiens dans l'expectative, en 2016 sur le paisible col du Brenner, alors qu'à une poignée de mètres, la police italienne est aux prises avec des activistes anti-frontière.

A trois mois des élections législatives en Autriche, le gouvernement se dit prêt à fermer sa frontière avec l'Italie. Une menace que Vienne avait déjà brandie l'an dernier et l'année d'avant. Des dizaines de milliers de migrants sont toujours bloqués dans la péninsule, et l'Italie s'indigne de l'attitude de ses voisins, dont la France.

Le ministre autrichien de la Défense a annoncé que Vienne pourrait déployer des soldats à la frontière pour empêcher tout afflux de migrants venant d'Italie. « Ces mesures seront indispensables si l'afflux vers l'Italie ne ralentit pas », s’est justifié Hans Peter Doskozil. Quatre véhicules blindés ont déjà été envoyés vers la frontière, alors que le pays votera pour renouveler son Parlement en octobre.

Pour l'Italie, qui a accueilli 85 000 migrants au cours des six derniers mois, cette nouvelle pression de l'Autriche n'a aucun sens. D'abord et avant tout parce que le nombre de migrants qui tentent de franchir le col du Brenner est dérisoire depuis des mois. Ce mercredi, le quotidien Corriere della Sera ne manque pas de souligner qu'un seul homme a été intercepté la veille à la frontière.

En fait, le nombre de migrants arrivés en Italie en 2017 est en augmentation de 20 % par rapport à 2016, mais le nombre estimé de passages à la frontière italo-autrichienne est stable. Selon le chef de la police du Tyrol, 15 à 25 migrants sont interceptés chaque jour dans cette région autrichienne frontalière de l’Italie. C'est manifestement trop pour certains, comme cela avait déjà été constaté.

L'Italie exprime sa lassitude face à l'attitude de ses voisins

Le ministère italien des Affaires étrangères a annoncé la convocation de l'ambassadeur d’Autriche. Le chef de la diplomatie Angelino Alfano n'a pas pris de gants pour faire savoir à Vienne que déployer 750 militaires et quatre véhicules blindés serait totalement injustifié. D'autant que la coopération entre les policiers des deux pays fonctionne très bien, du moins selon ses déclarations.

Les Italiens sont donc fatigués, en colère, mais ils sont aussi déçu vis-à-vis de l'attitude de leurs partenaires européens, relate notre correspondante à Rome, Anne Le Nir. L'Italie déplore le refus de la France et de l'Espagne d'accueillir dans leurs ports des navires chargés de migrants, alors que c'était l'une des principales demandes du gouvernement.

Certes, le plan que la Commission européenne va présenter prévoit de nouvelles aides financières pour l'Italie, mais il revêt aussi de nouvelles obligations, par exemple en termes de contrôle des bateaux d'ONG qui sillonnent la Méditerranée centrale, et de capacités d'accueil sur tout le territoire. En somme, les Italiens observent que leurs voisins européens veulent bien ouvrir leur portefeuille, mais surtout pas leurs bras.

→ Lire aussi : Bruxelles présente un « plan d’action » pour aider l’Italie

Texte initialement publié sur : RFI

 

Et aussi