Image d'archive prise dans un train entre Breil-sur-Roya et Sospel. Crédit : Mehdi Chebil
Image d'archive prise dans un train entre Breil-sur-Roya et Sospel. Crédit : Mehdi Chebil

L’association de défense des migrants, Roya citoyenne, a diffusé jeudi 6 juillet une vidéo d’un contrôle de police en gare de Menton pour dénoncer le non-respect "systématique" des procédures à l’encontre des migrants à la frontière franco-italienne.

Filmée en caméra cachée, la scène se déroule le 30 juin en gare de Menton Garavan, dans le train en provenance de Vintimille, en Italie, où deux mineurs étrangers sont interpellés par les forces de l’ordre. Bonjour, vous avez une pièce d’identité ? Vous avez quelle nationalité ?, interroge l’agent de police. Le jeune répond que lui et sa sœur sont originaires du Tchad. Le policier renchérit et leur demande s’ils sont mineurs ou majeurs. Mineurs, répondent-ils. D’accord, vous venez avec moi, leur lance alors l’homme.

>> À lire sur InfoMigrants : Nice n’arrive plus à faire face à l’afflux de demandeurs d’asile 

Les deux jeunes sont ensuite conduits dans les locaux de la gare. Là, ils sont retenus par les CRS en attendant qu’un autre train pour Vintimille arrive. "Au revoir mademoiselle. Salut mon gars", disent les policiers aux deux mineurs interpellés avant que ces derniers ne montent dans le train. Un couple dont la femme est enceinte, ainsi que deux sœurs mineures seront également renvoyés en Italie de la même façon.

Interrogé par des membres de l’association, l’un des policiers se défend : "nous appliquons le droit français et international". Or, détenir des demandeurs d’asile dans "une zone de privation de liberté non déclarée" est illégal. De plus, les deux étrangers de la vidéo sont mineurs, et comme le rappelle le collectif Roya solidaire : "tout enfant qui est temporairement ou définitivement privé de son milieu familial, ou qui dans son propre intérêt ne peut être laissé dans ce milieu, a droit à une protection et une aide spéciale de l’État", selon la Convention internationale relative aux droits de l’enfant.

>> À lire sur InfoMigrants : Grand angle : "Roya, l'insoumise", une vallée française prend fait et cause pour les migrants 

En clair, tout mineur isolé présent dans l’hexagone doit être pris en charge par les autorités françaises, qu’il soit arrivé en France de manière légale ou illégale. "Ce n’est pas un cas isolé, c’est systématique ! Ce genre de choses arrive tous les jours dans la région", signale à InfoMigrants Sylvain Gogois, porte-parole de l’association Roya citoyenne. Selon lui, chaque jour des mineurs sont interpellés et renvoyés en Italie sans que leurs droits ne soient stipulés et sans avoir accès à un interprète, comme le prévoit la loi. L’association dénonce ainsi une "atteinte manifeste aux droits des mineurs et des reconductions illégales en Italie", et réfléchit à une possible action en justice. Contactée par InfoMigrants, la préfecture des Alpes-Maritimes n'a pour l'instant pas réagi.  

>> À lire sur InfoMigrants : Migrants: Vintimille, le Calais italien 

L’association Roya citoyenne est connue pour son engagement envers les migrants qui transitent à la frontière franco-italienne. Quelques-uns de ces membres ont d’ailleurs été placés plusieurs fois en garde à vue pour être venu en aide à des migrants. Les cas les plus emblématiques sont ceux de Cédric Herrou et Pierre-Alain Manonni, tous deux jugés pour avoir aidé et transporté des migrants. Ils sont en attente de la décision de la cour d’appel d’Aix-en-Provence.


 

Et aussi