RFI/Sébastien Nemeth | Dans le camp Orshe à Galcacyo en Somalie, Deejo Adbi avec ses deux enfants en juillet 2017.
RFI/Sébastien Nemeth | Dans le camp Orshe à Galcacyo en Somalie, Deejo Adbi avec ses deux enfants en juillet 2017.

En Somalie, la sécheresse fait toujours des ravages. La dernière saison des pluies a été décevante et les Somaliens subissent une nouvelle période sèche. Dans la région du Puntland, 1,2 million de personnes sont touchées par la crise, soit plus d'un quart de la population. Près de 380 000 sont en situation d'insécurité alimentaire et 135 000 sont déplacées depuis janvier. Ces gens, qui ont rejoint des camps, ont tout perdu et leur traumatisme laisse souvent des traces. Reportage au camp d’Orshe, près de Galkacyo.

Les deux sœurs sourient timidement en donnant leurs noms. Elles sont pourtant dans un triste état. Mumtaz a six ans, un bras et le bassin cassé. Muno en a huit et de nombreuses cicatrices sur la tête. Des blessures infligées par leur mère. Leur grand-mère Deejo Abdi, raconte : "Je me suis absentée durant quatre mois. Pendant ce temps, la famille a perdu tous ses animaux. Ça a rendu leur mère complètement folle. Quand je suis revenue, elle les frappait. Elle les battait avec tout ce qu’elle trouvait, des objets en métal, des bâtons. Je ne sais pas où elle est. Un jour, elle s’est enfuie. Ça fait dix mois". 

Un peu plus loin, Caagan Hussein est assise contre son abri à côté de sa belle-fille Deeja Omar, qui regarde dans le vide. L’adolescente de 20 ans a perdu la tête, explique-t-elle, là encore après la mort du bétail : "C'est elle qui nettoyait les animaux. Quand ils ont commencé à disparaître, elle est devenue instable, agitée. Maintenant, elle ne parle presque plus. Et quand elle parle, c’est pour répéter : ‘Où sont les animaux, où sont les animaux ?’ Elle les appelle par leurs noms. Sauf qu’ils sont tous morts".

Deejo Abdi chante pour ses petites-filles. C’est elle qui en a la charge maintenant. Pourtant elle n’en veut pas à leur mère : "Le bétail c’est toute notre vie. Elle n’a pas supporté de le perdre. Certains ne peuvent pas gérer ces situations. Je pense qu’avec ce qui arrive, elle a craqué".

A (RE)lire : [Reportage/Somalie] Sécheresse au Puntland: rencontre avec une famille en deuil

→ A (RE)lire : [Reportage/Somalie] Sécheresse au Puntland: la mort du bétail, l’énorme problème

Texte initialement publié sur : RFI

 

Et aussi