LAMIN KANTEH / AFP | Le co-fondateur de l'association «Les Jeunes contre la migration illégale» avec Karamo Keita (3e à droite) et ses amis à Banjul, le 6 août 2017.
LAMIN KANTEH / AFP | Le co-fondateur de l'association «Les Jeunes contre la migration illégale» avec Karamo Keita (3e à droite) et ses amis à Banjul, le 6 août 2017.

Depuis son arrivée au pouvoir, le nouveau gouvernement du président Adama Barrow a fait de la jeunesse et de la lutte contre l’immigration illégale une de ses priorités. Et pour soutenir ses efforts, des Gambiens revenus de Libye ont décidé eux aussi d’agir : ils ont créé une association pour partager leur expérience et mettre fin à l’hémorragie humaine que connait leur pays

La Gambie a beau être l’un des plus petits pays d’Afrique, ses ressortissants sont sur-représentés sur la route de la migration vers l’Italie. Même si les chiffres sont en légère baisse en 2016, c’est le pays qui a le plus fort taux de migrants qui traversent la Méditerranée. L’équivalent de 0,5% de sa population atteint chaque année les côtes italiennes, en suivant la route du « back way » (qui traverse plusieurs pays en passant par le désert libyen pour atteindre la Méditerranée). Des citoyens qui ont connu l'enfer libyen tentent de dissuader d'autres jeunes de partir.


Texte initialement publié sur : RFI

 

Et aussi