REUTERS/Ludovic Marin | Emmanuel Macron a reçu pour une visite d'Etat de trois jours son homologue libanais Michel Aoun. Paris, le 25 septembre 2017.
REUTERS/Ludovic Marin | Emmanuel Macron a reçu pour une visite d'Etat de trois jours son homologue libanais Michel Aoun. Paris, le 25 septembre 2017.

Le président du Liban est en visite d’Etat en France. Michel Aoun a été accueilli lundi 25 septembre par Emmanuel Macron. Ensemble les deux chefs d’Etat ont inauguré l’exposition que l’Institut de monde arabe à Paris consacre aux chrétiens d’Orient. Dans la soirée, un dîner d’Etat a marqué la proximité entre les deux pays. Mais avant cela, Michel Aoun a eu un entretien politique pour parler de la sécurité et de la stabilité du Liban, pays exposé depuis 6 ans aux conséquences du conflit en Syrie, avec laquelle le Liban partage une frontière.

Lorsque Michel Aoun évoque le 1,5 million de Syriens présents sur le sol libanais, c’est pour demander leur départ :

« J’ai notifié au président Macron l’urgence d’organiser leur retour dans leur pays. Surtout que la majorité des régions d’où ils sont venus sont à présent sécurisées. Dans leur cas, nous ne voulons pas attendre leur retour volontaire. L’aide fournie par les Nations unies pour les maintenir dans des camps  de misère doit être utilisée pour les ramener dans leur pays à partir de maintenant », précise-t-il.

Au Liban, le président Aoun est soutenu par le Hezbollah, milice chiite libanaise qui combat en Syrie aux côtés du régime de Bachar el-Assad. Or, la France et son président estiment qu’on ne pourra pas régler la question des réfugiés sans une solution politique en Syrie.

« Notre volonté est de pouvoir trouver une solution politique à la crise syrienne, c’est l’initiative française d’un groupe de contact et c’est dans le cadre de la solution politique trouvée à cette crise que le sujet des réfugiés au Liban peut être utilement et durablement traité », a déclaré le chef d’Etat français.

Emmanuel Macron propose aussi la tenue d’une conférence internationale de soutien à l’armée libanaise, ainsi qu’une conférence des investisseurs au Liban.

(Re) lire : Visite délicate du président libanais Michel Aoun à Paris

Texte initialement publié sur : RFI

 

Et aussi