Image d'illustration. Crédit : Creative commons
Image d'illustration. Crédit : Creative commons

L’Office suédois des migrations avait dans un premier temps refusé la demande d’asile d’une Afghane de 106 ans, ce qui avait provoqué un tollé dans ce pays du nord de l’Europe. La cour d'appel de Göteborg, dans l'ouest du pays, a finalement autorisé Bibikahl Uzbeki à rester en Suède.

Bibikahl Uzbeki pourra rester en Suède. Cette Afghane de 106 ans a finalement obtenu l’asile alors que les autorités suédoises avaient dans un premier temps rejeté sa demande, estimant qu’ "en règle générale, un âge avancé n’est pas une condition en soi pour obtenir l’asile". La centenaire avait alors décidé de faire appel de cette décision.

"Dans une perspective humanitaire, il serait choquant de l’obliger à regagner son pays natal", a déclaré dans un communiqué la Cour des migrations de Göteborg (à l’ouest du pays), juridiction d’appel, suite à sa décision de lui accorder l’asile. Les juges ont invoqué son âge, sa santé déclinante et "sa grande vulnérabilité". Selon ses proches, elle est handicapée et peut à peine parler.

L’histoire de Bibikahl Uzbeki a ému l’opinion publique suédoise qui réclamait une faveur pour cette femme née en 1910 et qui avait traversé l’Europe en 2015 portée par son fils et son petit-fils. Son voyage avait même été relaté par la presse internationale.

La centenaire est finalement autorisée à rester pour une période de 13 mois renouvelables. Également déboutés en première instance, les membres de sa famille qui se trouvent en Suède avec elle ont également fait appel.

Comme elle, ils sont des milliers à être chaque année renvoyés en Afghanistan malgré l’insécurité qui y règne. Amnesty International et la Cimade dénoncent d’ailleurs dans un rapport dénoncent d’ailleurs dans un rapport publié jeudi 5 octobre ces procédures d’expulsions et demandent aux États européens de les cesser immédiatement.


 

Et aussi