Crédit : Pixabay
Crédit : Pixabay

Pendant longtemps boudé par la France, Halloween est aujourd’hui célébré dans de nombreux foyers français. La tradition veut que le 31 octobre les enfants se déguisent en sorciers, monstres, et autres personnages effrayants. Pourquoi ?

Des visages de monstres taillés dans des citrouilles, des enfants déguisés en sorcières courant dans les rues munis de sacs de bonbons, des mini-vampires frappant aux portes d’immeubles pour réclamer davantage de friandises ? Vous en avez sûrement aperçu dans les vitrines des magasins quand arrive le mois d'octobre. Et si vous ne savez pas d'où cela vient, l’étonnement est de rigueur.

Chaque 31 octobre, à la nuit tombée, certains Français célèbrent dans la joie et la bonne humeur Halloween, une fête païenne qui précède une fête religieuse, elle, la Toussaint. Ce soir-là, les enfants sortent de chez eux et passent de maisons en maisons, de porte en porte, déguisés en sorcières, personnages terrifiants (mais aussi en fées, pirates, et autre figures légendaires) pour réclamer des bonbons. La phrase accompagnant leur requête est toujours la même : "Des bonbons ou un sort !" (version française de la célèbre question américaine "Trick or treat ?")

En France, les géants de la distribution y ont aussi vu un intérêt pécuniaire. Dès le début du mois d’octobre, les enseignes changent le décor de leurs vitrines pour y mettre balais de sorcières, chauve-souris, toiles d’araignées, citrouilles et déguisements de monstres en tout genre. L’orange et le noir sont les deux couleurs traditionnellement associées à Halloween.

Les origines de la fête païenne

L’apparition d’Halloween, fête celtique d’origine irlandaise, remonte à plus de 2 000 ans, à une époque où le 31 octobre était la fin de l’année (et non le 31 décembre). Halloween est en quelque sorte une fête du Nouvel an, appelée alors Samain, durant laquelle on célébrait le début de la nouvelle année mais aussi le passage de la saison "claire" à la saison "sombre" (les Celtes n’ayant que deux saisons). Cette nuit-là, les frontières entre le monde des vivants et des morts étaient exceptionnellement ouvertes. La célébration se déroulait dans une ambiance festive autour de feux sacrés et de banquets. 

Au milieu du XIXe siècle, à la suite d’une terrible famine en Irlande, les Irlandais émigrent en masse vers le Canada et les États-Unis, emmenant avec eux contes, légendes et traditions. La fête d'Halloween s’exporte alors outre-Atlantique et connaît un franc succès. En Europe, au contraire, le Christianisme aura longtemps raison d’elle… Le pape Grégoire IV n’aime pas beaucoup que le paganisme se mêle à la religion : il enterre la fête de Samain et instaure la fête de tous les saints, la Toussaint, le 1er novembre.

Halloween - contraction de "All Hallows Even", qui peut se traduire par "La veille de tous les Saint" - disparaît pendant un temps avant d’être à nouveau popularisée aux États-Unis dans les années 1980.

Pourquoi les citrouilles sont-elles le symbole d’Halloween ?

Pour comprendre le symbole de la citrouille, omniprésent dans la fête, il faut connaître la légende de Jack la Lanterne (ou en anglais Jack-O’-Lantern). Mauvais bougre, avare, ivre du matin au soir, Jack la Lanterne passe le plus clair de son temps dans les tavernes. Un 31 octobre, le diable vint lui rendre visite et lui proposa d’acheter son âme. Jack accepta contre de l’argent pour un dernier verre. Satan se transforma alors en pièce. Jack s’en saisit et la mit dans sa bourse où se trouvait aussi une croix. Comme le veut la croyance, la croix, symbole de Dieu, paralysa le Diable.

Jack promit à Satan de le délivrer contre la promesse qu’il puisse vivre 10 ans de plus. Le pacte est conclu et Satan, vexé, est libéré. Le jour de sa mort, Jack la Lanterne se voit refuser l’accès au Paradis mais aussi aux Enfers, où le Malin, humilié de s’être fait rouler, lui interdit l’entrée. Jack est condamné à errer sans fin dans la nuit. Le malheureux demande une dernière faveur au diable : une bougie pour éclairer son chemin. Pour ne pas qu’elle s’éteigne, il la place dans un navet préalablement évidé, pour s’en faire une lanterne.

Aux États-Unis, Halloween rend hommage chaque année aux âmes damnées comme celle de Jack la Lanterne. Mais comme les navets sont peu cultivés en Amérique, les Irlandais émigrés (puis les Américains) utilisèrent des citrouilles, bien plus répandues, pour illustrer la célèbre légende. Voilà comment le légume, en remplacement du navet, devint le symbole de la fête, la célèbre citrouille d’Halloween.


 

Et aussi