Un jeune migrant à Berlin / picture alliance
Un jeune migrant à Berlin / picture alliance

De jeunes réfugiés, dont des mineurs, ont été poussés à la prostitution par des agents de sécurité engagés pour les protéger. Un reportage, diffusé par la télévision publique allemande, a dévoilé le scandale en s'appuyant sur des témoignages de réfugiés et d'agents de sécurité.

Des agents de sécurité travaillant dans un foyer de migrants à Wilmersdorf, au sud-ouest de Berlin, ont incité des jeunes réfugiés à se prostituer, rapporte la chaîne publique allemande ZDF. L’émission Frontal 21 a obtenu des témoignages de réfugiés, de travailleurs sociaux et d’agents de sécurité confirmant que, parmi ces derniers, certains, vont jusqu’à servir d’entremetteurs entre migrants et le clients.

D’après ZDF, les agents de sécurité vont à la rencontre de jeunes réfugiés et les persuadent de se livrer à la prostitution. Pour chaque contact établi, ils reçoivent une commission. "Il faut qu’ils aient un certain âge et qu’ils soient séduisants", raconte l’un d’eux. "Il y a aussi des mineurs, aux alentours de 16 ans, même s’ils ne sont pas très nombreux. Plus ils sont jeunes, plus c’est cher." Un autre agent dit qu’il touche 20 euros (24 dollars).  

Besoin désespéré d’argent

Les témoignages des agents de sécurité sont confirmés par plusieurs réfugiés du foyer de Wilmersdorf. Un Afghan de 20 ans, dont la demande d’asile a été rejetée, se souvient qu’un jour, un agent l’a approché et lui a fait une offre. "Tu veux faire des affaires ? Gagner de l’argent ?", lui aurait-t-il demandé. "L’amour avec une femme, c’est 30 euros, peut-être 40", dit l’agent au jeune réfugié. Ce dernier confie avoir honte de ce qu’il fait, mais affirme qu'il n'a pas eu le choix, ayant besoin d'argent.

Les journalistes donnent également la parole à une travailleuse sociale du foyer. Elle dit qu’elle a observé les agissements des agents et qu’elle a même déjà vu l’un d’eux donner de l’argent aux résidents. Lorsqu’elle évoque l’existence de prostitution et de proxénétisme avec ces derniers, ils confirment. Y compris pour les mineurs.

Face à la caméra, le Sénat berlinois pour l’intégration, le travail et les affaires sociales dit prendre l’affaire très au sérieux et dans un entretien avec le journal allemand Berliner Morgenpost, il affirme que, pour le moment, les autorités ne détiennent pas de preuves de l’existence d’un réseau de prostitution mais qu’elles s’affairent pour en trouver.

Les autorités qui ont de leur côté entrepris de sensibiliser toutes les parties. Elles ont notamment distribué dans les foyers des dépliants d'information où les migrants peuvent le numéro d'une écoute anonyme.

Problème croissant

Dans un rapport publié en septembre, les Nations Unies estimaient que 75 % de jeunes migrants qui veulent s’installer en Europe sont contraints de travailler, sont victimes d’abus sexuels, de mariages précoces ou d’autres formes d’exploitation.

Des associations d’aide ont par ailleurs fait état d’une augmentation significative du nombre de jeunes migrants qui se livrent à la prostitution en Allemagne. À Berlin, le parc du Tiergarten est désormais un endroit bien connu des hommes d’un certain âge qui cherchent de jeunes garçons dont ils peuvent abuser sexuellement contre de l’argent.

(dpa, AFP)

Publié pour la première fois le 25 octobre 2017

© Copyright DW – All rights reserved

La DW n’est pas responsable des contenus de sites externes

Source: dw.com

 

Et aussi