AFP/JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET | Des migrants à Vintimille, à la frontière entre l'Italie et la France. De là, ils peuvent se rendre facilement en Suisse. Photo datée de 2015.
AFP/JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET | Des migrants à Vintimille, à la frontière entre l'Italie et la France. De là, ils peuvent se rendre facilement en Suisse. Photo datée de 2015.

Le système européen d’accueil des migrants et de gestion des demandes d’asile est en crise. Et ce sont des élus municipaux directement confrontés au manque de places d’hébergement qui le disent. Même en dehors de l’UE. En Suisse, la ville de Lausanne, s’est ainsi déclarée «ville refuge», tout comme Barcelone ou Madrid. Un engagement politique pour demander un assouplissement du règlement de Dublin qui veut que la demande d’asile se gère dans le premier pays d’arrivée des migrants. Avec toutes les reconduites à la frontière qui s’ensuivent. Concrètement, Lausanne et l’Etablissement Vaudois d’Accueil des migrants encouragent les familles à accueillir chez elles des demandeurs d’asile. C’est le cas de ce couple chez lequel s’est rendue Katia Mischel.



 

Texte initialement publié sur : RFI

 

Et aussi