Samuel Eto'o lors d'une visite au Cameroun, en octobre 2017. Crédit : France 24
Samuel Eto'o lors d'une visite au Cameroun, en octobre 2017. Crédit : France 24

Le joueur international camerounais a coupé court à la rumeur. Dans un communiqué publié sur Facebook, Samuel Eto'o a assuré qu'il n'avait jamais versé d'argent à des migrants camerounais pour les inciter à rentrer au pays. Partie sur les réseaux sociaux, la rumeur avait été reprise dans la presse africaine.

Alerte désintox! Samuel Eto’o n’a pas payé des migrants pour les convaincre de rentrer au Cameroun. Dans un communiqué publié le 24 novembre, le footballeur international camerounais a démenti une rumeur selon laquelle il aurait offert 1,5 millions FCFA (environ 2300 euros) à chaque Camerounais rapatrié.  

"Cette rumeur est absolument infondée!", a assuré le joueur sur son mur Facebook. Partie des réseaux sociaux après le scandale sur la vente aux enchères de migrants en Libye révélée par CNN, la rumeur s’est répandue sur la Toile comme un feu de poudre avant d’être reprise dans des journaux africains. 

Il faut dire que l’attaquant d'Antalyaspor est un habitué des déclarations excentriques. On se souvient notamment de sa sortie en 2016, lorsqu'il avait assuré à un supporter inquiet que son équipe finirait dans les dix premiers du championnat turc en fin de saison et s’était engagé à lui donner 100 000 euros si sa prédiction devait ne pas se réaliser.

Quand on sait qu’il gagnait 21 millions d’euros annuels dans son précédent club de l’Anzhi Makhachkala, on comprend pourquoi Samuel Eto’o peut se permettre ce genre d’extravagance. Mais cette fois, il n’a rien promis. "L’amour prévient plus de maux que l’argent ne peut en résoudre", ajoute le joueur avec lyrisme dans son communiqué.

"Nous pouvons prévenir"

Samuel Eto’o, qui a monté sa fondation pour aider la jeunesse camerounaise et qui est cette année ambassadeur de bonne volonté auprès de l'Unicef,  profite aussi de cette tribune pour lancer un appel à la prévention du trafic d’êtres humains: "Ne perdons pas notre précieux temps à rechercher des sensations fortes aux frais de personnes affligées, mais utilisons ce temps pour empêcher que d’autres frères se voient privés de leur dignité". Et d’ajouter : "Ne nous contentons pas de réagir lorsque nous pouvons prévenir", écrit-il.

Le joueur fait référence aux ventes de migrants en Libye révélées par la diffusion d’un reportage de CNN. Parmi les victimes de ce trafic, se trouvent un grand nombre de Camerounais. Selon l’Organisation internationale pour les migrants (OIM), on dénombre plus de 450 000 migrants en Libye, dont environ 2 000 Camerounais.

>> Vidéo : de retour au Cameroun, des migrants réduits en esclavage racontent la Libye

L’OIM a d’ailleurs lancé fin novembre une vaste opération pour le sauvetage d’au moins 850 migrants camerounais victimes de trafics humains en Libye. Quelque 250 d’entre eux ont d’ores et déjà été rapatriés à Yaoundé dans la nuit du mardi 21 au mercredi 22 novembre.


 

Et aussi