Image d'illustration de migrants dans un centre de rétention en Libye qui ont accepté un retour volontaire dans le pays. Crédit : Reuters
Image d'illustration de migrants dans un centre de rétention en Libye qui ont accepté un retour volontaire dans le pays. Crédit : Reuters

Le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) a annoncé mercredi 29 novembre qu'il allait ouvrir d'ici quelques semaines un "centre de transit et de départ" en Libye. Objectif : faciliter le transfert de dizaines de migrants vers un pays tiers.

Sortir les dizaines de milliers de migrants des centres de rétention libyens. C’est la volonté du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) qui a annoncé mercredi 29 novembre l’ouverture prochaine à Tripoli d’un "centre de transit et de départ" des migrants les plus vulnérables.

>> À lire sur InfoMigrants : Libye : une journaliste américaine réussit à filmer une vente aux enchères de migrants

Cette initiative, soutenue par le gouvernement italien, a pour but de faciliter le transfert vers des pays tiers, des milliers de personnes dites "vulnérables" bloquées dans les centres de rétentions libyens, affirme le HCR dans un communiqué. Le principal objectif de ce centre est "d’accélérer le processus permettant d’obtenir des solutions dans des pays tiers, en particulier pour les enfants non accompagnés et les femmes vulnérables", a déclaré Roberto Mignone, représentant du HCR en Libye.  

>> À lire sur InfoMigrants : "Ghetto" d’esclaves : le récit d’un  migrant malien passé par l’enfer libyen

Parmi les solutions envisagées, l’organisation évoque la possibilité de regroupement familial, le retour volontaire dans le pays d’origine ou l’évacuation vers des centres d’urgence gérés par le HCR dans d’autres pays.

La dernière option a déjà été utilisée par l'organisation début novembre quand 25 migrants originaires d’Érythrée, d’Ethiopie et du Soudan ont été évacués de Libye vers le Niger en attendant leur transfert en France.

>> À lire sur InfoMigrants : Libye: quels sont les centres de rétention qui seront vidés ?

Le HCR affirme avoir également demandé en septembre que 40 000 places de réinstallation supplémentaires soient mises à la disposition des migrants dans 15 pays d’Afrique. Jusqu’à présent, ces pays se sont engagés à accueillir 10 500 personnes seulement, selon le communiqué.

Selon le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, 3 800 migrants majoritairement de l’Afrique de l’Ouest ont été recensés dans un camp près de Tripoli, vivant dans des "conditions inhumaines". "Mais il ne s’agit que d’un seul camp", a-t-il encore souligné jeudi 30 novembre lors de la conférence de presse finale du 5ème sommet Afrique-Europe en Côte d’Ivoire, indiquant que "le gouvernement libyen nous a dit qu’il en a 42. Certainement qu’il y en a plus que cela. On parle de 400 000 à 700 000 migrants africains en Libye".


 

Et aussi