© FADEL SENNA / AFP | La police marocaine intervient pendant des heurts entre un groupe de jeunes marocains et des migrants subsahariens, à Casablanca,  le 24 novembre 2017.
© FADEL SENNA / AFP | La police marocaine intervient pendant des heurts entre un groupe de jeunes marocains et des migrants subsahariens, à Casablanca, le 24 novembre 2017.

Alors que le roi Mohamed VI a prononcé ce jeudi un discours appelant à une nouvelle vision des migrations africaines, la situation des migrants subsahariens est compliquée face à une population marocaine exaspérée.

À Casablanca, des affrontements ont éclaté dans le quartier populaire de Oulad Ziane, opposant des groupes de jeunes marocains à des migrants. Les échauffourées ont abouti à l’incendie partiel du camp de fortune installé par les migrants près de la gare routière de la ville il y a de 2 ans. Pour les ONG, difficile de venir en aide à cette population de plus en plus vulnérable. Les associations appellent les autorités à les laisser intervenir sur les sites pour dispenser les soins de base et prévenir la propagation de maladies. Reportage au centre d’accueil migrant de Caritas à Casablanca, qui reçoit des dizaines de personnes par jour.

Texte initialement publié sur : RFI

 

Et aussi