PHILIPPE HUGUEN / AFP | Des migrants se rassemblent à l'entrée de la ville française de Calais, le 2 novembre 2017.
PHILIPPE HUGUEN / AFP | Des migrants se rassemblent à l'entrée de la ville française de Calais, le 2 novembre 2017.

Plus d’un an après le démantèlement de la jungle de Calais, les migrants sont toujours au plus près de la mer du Nord afin de rejoindre la Grande-Bretagne. Et malgré les assauts des forces de l’ordre pour les déloger de leur habitation de fortune, ils restent sur place grâce principalement à l’aide d’associations. Michèle Diaz a rencontré l’une de ces bénévoles à Grande-Synthe près de Dunkerque.


Texte initialement publié sur : RFI

 

Et aussi