Des réfugiés attendant à la frontière germano-autrichienne près de Passau
Des réfugiés attendant à la frontière germano-autrichienne près de Passau

L'Allemagne a déclaré que, pour la deuxième année consécutive, le nombre de nouveaux migrants devrait diminuer, après avoir culminé en 2015. Et le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière a salué un programme qui permet aux demandeurs d'asile déboutés de rentrer chez eux.

Le nombre de nouveaux demandeurs d'asile arrivant en Allemagne devrait être inférieur à la limite supérieure de 200 000 fixée par certaines fractions du Bundestag, a déclaré le ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maizière le dimanche 17 décembre.

"Je table sur un total de moins de 200 000 migrants" pour l'ensemble de l'année 2017, a déclaré de Maizière au journal allemand Bild am Sonntag. Le nombre total de nouveaux arrivants accueillis en Allemagne était de 173 000 fin novembre, a ajouté le ministre de l'Intérieur.

La plus grande économie d'Europe a accueilli près d'un million de migrants en 2015 suite à un exode massif de gens fuyant des zones de conflits telles que la Syrie, l'Irak et l'Afghanistan. Le nombre de nouveaux arrivants est tombé à environ 280 000 en 2016, la plupart d’entre eux étant arrivés au premier trimestre de cette année-là.

Cette chute s’explique par la fermeture de ce qu’on appelle la route des Balkans, ainsi que par l’accord controversé de l’Union européenne avec la Turquie sur les réfugiés. Dans le même temps, les autorités italiennes, soutenues par Berlin et Bruxelles, ont intensifié leurs efforts maritimes en Méditerranée pour empêcher les migrants venus d’Afrique du Nord d’atteindre l’Italie.

Les derniers chiffres concernant les migrants pourraient avoir des implications politiques importantes à Berlin. La chancelière allemande Angela Merkel de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) a été soumise à une forte pression de la part de son alliée bavaroise, l'Union chrétienne-sociale, pour fixer à 200 000 le nombre maximal de nouveaux arrivants par an. Angela Merkel a accepté d'utiliser le chiffre mais elle l'a étiqueté comme un plafonnement plutôt que comme un nombre fixe.

La décision de Merkel de tolérer l’arrivée de centaines de milliers de réfugiés en 2015 a suscité des réactions xénophobes dans le pays, et a contribué à ce que le parti anti-immigrants Alternative pour l’Allemagne (AfD) obtienne près de 13% des voix lors des élections fédérales de septembre.

Le ministère de l’Intérieur salue l’initiative d’incitation financière au retour

De Maizière a également salué la décision du gouvernement allemand de verser des indemnités aux demandeurs d'asile pour qu'ils retournent dans leur pays d'origine, affirmant que les premiers cas avaient été "positifs".

Pour en savoir plus: Des pilotes allemands refusent de procéder à des expulsions

 Cela fait des années que l’Allemagne propose une aide financière à des demandeurs d’asile déboutés et aux autres afin qu’ils retournent dans leur pays d’origine, y compris les coûts liés au voyage et ceux du nouveau départ une fois revenus. En vertu du nouveau régime, les familles peuvent désormais recevoir jusqu'à 3 000 euros (3 526 dollars) et les particuliers jusqu'à 1 000 dollars, s’ils retournent volontairement dans leur pays à la fin du mois de février.

Selon Thomas de Maizière, le ministère de l'Intérieur a reçu environ 200 demandes dans les 10 jours suivant le lancement du programme, la plupart d'entre elles venant de Russie, d'Irak et d'Afghanistan.

Publié pour la première fois le 17 décembre 2017: http://www.dw.com/en/germany-number-of-new-asylum-seekers-expected-to-be-below-200000-benchmark/a-41...

© Copyright DW – Tous droits réservés


 

Et aussi