L'Italie a accueilli vendredi 22 décembre 162 réfugiés évacués de Libye. Crédit : Reuters
L'Italie a accueilli vendredi 22 décembre 162 réfugiés évacués de Libye. Crédit : Reuters

L’Italie a accueilli vendredi 22 décembre 162 réfugiés qui ont été évacués de Libye par le Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés. L’an prochain, 10 000 personnes pourront également bénéficier de corridors humanitaires et ainsi rejoindre l’Europe "sans risque".

Arrivés en Italie vendredi 22 décembre par avion militaire, les 162 réfugiés évacués de camps de rétention en Libye sont originaires d’Érythrée, d’Ethiopie, de Somalie et du Yémen. Il s’agit de familles, de mères seules, de mineurs non accompagnés ou encore de personnes handicapées, ayant tous besoin de soins médicaux et de soutien psychologique, précise le Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (UNHCR). "Beaucoup de personnes évacuées évoquent de grandes souffrance, ont été tenues prisonnières de trafiquants dans des conditions inhumaines", a signalé dans un communiqué l’envoyé spécial de l’UNHCR en Méditerranée centrale, Vincent Cochetel.

Ils ont été sélectionnés par l’agence onusienne, qui les a considérés d’emblée comme réfugiés et non comme demandeurs d’asile. À ce titre, ils bénéficient dès leur arrivée d’une aide économique et ont droit à un parcours d’intégration (cours de langue, formation, scolarisation des enfants).

"C’est un jour historique", a réagi le ministre italien de l’Intérieur, Marco Minniti, en les accueillant à un aéroport militaire de Rome. "Pour la première fois, un corridor humanitaire a été ouvert de la Libye vers l’Europe. C’est un début, nous continuerons avec l’UNHCR avec pour objectif de combattre l’illégalité pour construire la légalité", a-t-il ajouté.

Vincent Cochetel a quant à lui évoqué "un événement exceptionnel et un développement accueilli très favorablement, qui n’aurait pas été possible sans le grand engagement des autorités italiennes et le soutien du gouvernement libyen".

L’UNHCR a également précisé que 131 autres personnes seront évacuées de Libye vers le Niger dans les prochains jours. L'an prochain, 10 000 personnes pourront elles aussi "rejoindre sans risque l’Europe via des corridors humanitaires", a affirmé Marco Minneti dimanche 24 décembre dans le quotidien La Repubblica.


 

Et aussi