De nombreux migrants désireux de rejoindre l'ouest de l'Europe sont bloqués en Serbie dans des conditions épouvantables. Crédit : Reuters
De nombreux migrants désireux de rejoindre l'ouest de l'Europe sont bloqués en Serbie dans des conditions épouvantables. Crédit : Reuters

II voulait rejoindre l'Europe de l'ouest. Parti de Serbie, un jeune irakien de 21 ans s'est caché sous un autobus pendant cinq heures avant d'être découvert par les autorités non loin de la capitale croate.

C'est une histoire rocambolesque. Pendant cinq heures, un jeune migrant irakien a réussi à se dissimuler sous un autobus et parcourir ainsi un peu plus de 400 km, au péril de sa vie. Agrippé à l’essieu arrière du véhicule, il a fait le trajet entre Belgrade, la capitale serbe, et Zagreb, la capitale croate, avant d’être découvert non loin de la capitale croate.  

L’Irakien âgé de 21 ans n’a pas été blessé lors de son périple, mais a néanmoins été examiné par des médecins, a annoncé jeudi 28 décembre la police croate dans un communiqué, ajoutant qu’elle s’employait désormais à vérifier dans quelles circonstances le migrant est entré de Serbie en Croatie.

La police l’a transféré au centre de transit de Tovarnik, dans l’est de la Croatie, d’où il sera renvoyé en Serbie. "Étant donné qu’il est entré illégalement en Croatie, la procédure prévue par l’accord de réadmission conclu avec la Serbie est en cours", a indiqué le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

Le quotidien croate Jutarnji kist, citant des responsables de la compagnie de transport Cazmatrans, à laquelle appartient l’autobus, a rapporté que le jeune homme avait réussi à se glisser sous le véhicule mardi 26 décembre et avait risqué sa vie pendant le trajet d’un peu plus de 400 km.

"Nous avons entendu un bruit fort provenant du dessous de l’autobus (…), nous l’avons signalé au conducteur qui a ensuite arrêté le véhicule" à hauteur d’Ivanic Grad, à 40 km au sud-est de Zagreb, a déclaré au journal l’un des passagers.

Malgré la fermeture des frontières début 2016, la route des Balkans reste empruntée clandestinement par de nombreuses personnes souhaitant rejoindre l’ouest de l’Europe. Des dizaines de migrants errent aux abords de la ville de Sid (ville serbe frontalière avec la Croatie) dans un froid glacial. Ilss passent leurs nuits à grelotter dans des tentes et des abris de fortune qu’ils ont appelé, comme à Calais, la "jungle". Le mois dernier, une fillette afghane a été fauchée par un train en Croatie, après avoir été renvoyée avec sa famille à la frontière serbe. 


 

Et aussi