JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP | Médecin humanitaire et élu à Metz, Raphaël Pitti a décidé de rendre sa Légion d'honneur pour protester contre la politique migratoire du gouvernement Macron.
JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP | Médecin humanitaire et élu à Metz, Raphaël Pitti a décidé de rendre sa Légion d'honneur pour protester contre la politique migratoire du gouvernement Macron.

Ancien médecin de guerre notamment en Syrie, élu au conseil municipal de Metz, dans l'est de la France, mais également soutien d'Emmanuel Macron, Raphael Pitti dénonce le désengagement de l'État vis-à-vis des migrants. Il a décidé de rendre sa Légion d'honneur.

"Pour un bon Noël, monsieur le Président", tel est le titre de cette lettre adressée au président de la République, Emmanuel Macron, et publiée dans les colonnes du quotidien Libération.

Les mots sont forts : "J'ai honte de mon pays". "Et d'entendre le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, dire qu'un Érythréen ou un Syrien peut demander l'asile, mais pas un Sénégalais, ce n'est pas à lui de décider qui a le droit de demander l'asile", s'insurge le conseiller municipal Raphaël Pitti.

Conditions "indignes"

Ce médecin humanitaire, élu à Metz, dans l'est de la France, proteste en ces termes : "60 000 migrants ont été accueillis en 2016 dans des conditions indignes de notre République. Depuis longtemps, l'État est défaillant dans la prise en charge des réfugiés qui ont risqué leur vie pour venir en Europe. Recevez-les, monsieur le président, écoutez-les".

De la parole au geste, il n'y qu'un pas. Et il est fort. L'élu renonce au titre d'officier de la Légion d'honneur qu'il a reçu en juillet dernier des mains d'Emmanuel Macron. "Je ne peux accepter cette promotion, dit-il, et je la restitue pour conserver ma liberté de parole".

Texte initialement publié sur : RFI

 

Et aussi