La majorité des pays européens autorisent la double nationalité mais quelques uns font exception. Crédit : InfoMigrants
La majorité des pays européens autorisent la double nationalité mais quelques uns font exception. Crédit : InfoMigrants

Après plusieurs années passées dans un pays européen, certains immigrés choisissent de demander leur naturalisation. Mais attention, certains pays ne reconnaissent pas la double nationalité et demandent donc à leur futurs citoyens de renoncer à leur passeport d’origine. Certains pays font aussi des exceptions. InfoMigrants fait le point.

La majorité des pays européens autorisent la double nationalité mais quelques uns font exception. Crédit : InfoMigrantsAutriche

Ces dernières semaine, le gouvernement autrichien fait la chasse aux citoyens en infraction. C’est le cas d’une grande partie d’Autrichiens d’origine turc. Près de 10 000 d’entre eux auraient conservé leur nationalité turque, rapporte le site Euractiv.

Le ministre de l’Intérieur Wolfgang Sobotka (ÖVP), a proposé de s’attaquer à ce problème en faisant de la double nationalité une infraction administrative passible d’amendes et de sanctions.

Pays-Bas

Les Pays-Bas n’autorisent pas non plus la double-nationalité. Mais dans les faits, la loi est appliqué avec souplesse. L’interdiction a tout de même été réaffirmée en juillet 2017 par le Premier ministre néerlandais Mark Rutte. "Si les liens qu’entretiennent les citoyens avec un autre pays sont devenus plus forts que ceux qui les lient aux Pays-Bas, alors la nationalité néerlandaise doit cesser", a-t-il justifié.

Espagne

Le pays n’autorise pas la double nationalité sauf quelques exceptions, si un citoyen espagnol demande la nationalité d’un pays d’Amérique du sud, d’Andorre, des Philippines, de Guinée-équatoriale et du Portugal.

Norvège

La Norvège interdit la double nationalité sauf pour un enfant dont un parent a une autre nationalité ou bien un Norvégien qui épouse un étranger dont le pays prévoit la double nationalité automatique.


 

Et aussi