Image d'archives dans un centre de détention libyen. Crédit : Reuters
Image d'archives dans un centre de détention libyen. Crédit : Reuters

InfoMigrants a recueilli le témoignage de Christian, un migrant ivoirien de 36 ans qui vit en Libye depuis deux ans. Il raconte comment, un jour de novembre 2017, il a été kidnappé et battu par des miliciens qui réclamaient de l’argent en échange de sa libération.

"Je m’appelle Christian* et j’ai 36 ans. J’ai été menacé en Côte d’Ivoire pendant plusieurs années. Je me suis fait agressé plusieurs fois et je recevais des menaces de mort alors en 2016, j’ai préféré fuir mon pays. J’ai confié ma fille de 6 ans à ma sœur et je suis parti avec ma femme et mon fils de trois ans.

Après être passé par le Burkina Faso et le Niger, je suis arrivé à Tripoli, la capitale libyenne. Très vite, je me suis fait escroquer par un passeur.

Je lui ai donné 200 000 francs CFA [300 euros, ndlr] pour qu’il nous aide à traverser la Méditerranée. Il nous alors a mis en contact avec l’un de ses amis qui nous a déposés en voiture à Sabratha [lieu de départ pour l’Europe des embarcations de migrants, ndlr]. C’est à partir de là que nous devions prendre le bateau.

>> À lire sur InfoMigrants : "Les migrants sont depuis toujours victimes de viols en Libye"

Mais, arrivés dans la ville, l’homme nous a dit que nous n’avions pas donné d’argent. J’ai compris que le passeur à Tripoli nous avait arnaqué et avait gardé les 200 000 francs CFA.

J’ai donc dû travailler pour payer la traversée, pendant que ma femme restait dans une maison avec notre fils et d‘autres familles de migrants.

À Sabratha, les migrants se rassemblent tous les matins sur une place pour trouver du travail. Les Libyens intéressés nous font monter dans leur voiture et nous emmènent sur des exploitations ou sur des chantiers. Parfois, les patrons ne nous payent pas car ils savent qu’on ne peut pas porter plainte et que, de toute façon, notre plainte ne servira à rien.

"Les Libyens me fouettaient pour que je leur donne de l’argent"

Un jour de novembre 2017, comme tous les matins, je me suis rendu sur cette place. Je suis monté dans une voiture dont le chauffeur devait m’amener sur un chantier. Mais arrivé sur place, l’homme m’a déposé devant une maison et m’a demandé de rentrer. À l’intérieur, deux hommes armés m’attendaient.

‘Rentre dans la chambre et assis toi’, m’a dit l’un d’eux. Dans la pièce, il y avait d’autres migrants, eux aussi originaires d’Afrique subsaharienne. J’ai compris que j’avais été kidnappé par des membres d’une milice.

J’étais enfermé, je ne pouvais pas sortir. On nous donnait seulement un morceau de pain par jour. On faisait nos besoins dans la chambre et on dormait par terre. C’était très dur.

Les Libyens me fouettaient régulièrement pour que je leur donne de l’argent. Ils m’ont demandé d’appeler ma famille pour qu’ils leur envoient de l’argent mais ma mère n’a pas pu m’aider, elle m’avait déjà donné tout ce qu’elle avait lorsque je me suis enfui.

>> À lire sur InfoMigrants : Shrazi, un migrant pakistanais en Libye : "C'est très difficile de survivre ici, je peux être tué ou kidnappé"

Un jour, l’homme qui nous donnait à manger a oublié de refermer notre porte à clé. J’en ai profité pour m’enfuir. J’ai escaladé la clôture de la maison et j’ai couru de toutes mes forces. Les Libyens ont essayé de me tirer dessus mais j’ai réussi à leur échapper.

J’ai marché pendant des heures dans le sable puis, sur la route, j’ai croisé un vieil homme qui m’a pris en charge. Il m’a déposé à Sabratha où j’ai pu retrouver ma famille.

Depuis, je continue à travailler pour payer un passeur et tenter la traversée de la Méditerranée malgré la peur de me faire kidnapper une nouvelle fois. Je sais que les garde-côtes libyens peuvent nous intercepter en mer et qu’on risque d’être envoyés en centre de détention mais il faut que j’essaye de quitter cet enfer. On n’a rien sans prendre de risque dans la vie."

*Le prénom a été modifié à la demande de l’intéressé