passeurs

Sept passeurs d'origine albanaise et britannique ont été condamnés à de la prison ferme pour trafic d'êtres humains. Crédit : National crime agency
Un migrant à Agadez, au Niger. Crédit : Mehdi Chebil
Un véritable officier de protection du HCR récolte des informations auprès des réfugiés et des migrants après leur débarquement à Tripoli, en Libye, en juillet 2018. Crédits : HCR/Sufyan Ararah
Axel SCHMIDT / AFP | Les soeurs Sarah (à gauche) et Yusra Mardini, réfugiées et nageuses syriennes, lors des Bambi awards à Berlin, le 17 novembre 2016.
Shrazi Bhatti, 20 ans, espère travailler dans le secteur des technologies de l'information en Europe. 
Crédit photo : Shrazi Bhatti
Nora Azzaoui (g.) et Vera Günther (d.) veulent changer la perception des réfugiés et des migrants | Crédit : Mimycri
Des policiers encadrent des migrants à leur arrivée à Algésiras, dans le sud de l'Espagne, le 9 août 2018. Crédit : REUTERS/Juan Medina
Un match de la Coupe du monde, à Moscou, le 1er juillet 2018. Crédit : Reuters
REUTERS/Tamas Kaszas | L'Afghan Samsoor Lahoo avait développé un réseau quasi industriel de trafic d'êtres humains vers l'ouest de l'Europe en pleine vague migratoire. Il a été condamné à 25 ans de prison, le 14 juin 2018, en Hongrie, pour la mort de 71 migrants en 2015.
Florian Gaertner/Photothek via Getty Images | Des hommes enfermés dans un centre de détention pour migrants illégaux à Tripoli, juin 2017 (photo d'illustration).
Six trafiquants de migrants en Libye ont été sanctionnés par l'ONU. Crédit : Reuters
Les migrants sont abandonnés dans le désert du Sahara par les autorités algériennes. Crédit : Sylla Ibrahima Sory