passeurs

Un match de la Coupe du monde, à Moscou, le 1er juillet 2018. Crédit : Reuters
REUTERS/Tamas Kaszas | L'Afghan Samsoor Lahoo avait développé un réseau quasi industriel de trafic d'êtres humains vers l'ouest de l'Europe en pleine vague migratoire. Il a été condamné à 25 ans de prison, le 14 juin 2018, en Hongrie, pour la mort de 71 migrants en 2015.
Florian Gaertner/Photothek via Getty Images | Des hommes enfermés dans un centre de détention pour migrants illégaux à Tripoli, juin 2017 (photo d'illustration).
Six trafiquants de migrants en Libye ont été sanctionnés par l'ONU. Crédit : Reuters
Les migrants sont abandonnés dans le désert du Sahara par les autorités algériennes. Crédit : Sylla Ibrahima Sory
©Abdullah DOMA/AFP | Des migrants dans un centre de détention, en Libye avant d'être rapatriés dans leur pays, le 2 décembre 2017.
Coincés en Allemagne sans parents proches, les réfugiés utiliseraient les passeurs pour rejoindre leurs familles en Turquie.
Photo: picture-alliance/AA/K.Kocalar
La hawala signifie "transfert d'argent" en arabe. Crédit : Reuters
Gérard Collomb : "Il y a une volonté commune d’agir contre les passeurs et l’immigration clandestine"
Image d'archive de migrants en Libye, en 2017. Crédit : Reuters
Reuters/Greg Ewing | Pour David, il n'y a «pas d'avenir pour les jeunes. Le gouvernement se fiche de la jeunesse.»
Des migrants à bord d'un pick-up s'apprêtent à tenter la traversée du désert nigérien, à Agadez , le 25 mai 2015