Reza Jafari parle avec des demandeurs d'asile afghans près de la porte d'Aubervilliers, lundi 30 novembre 2020. Crédit : Julia Dumont, InfoMigrants
Reza Jafari parle avec des demandeurs d'asile afghans près de la porte d'Aubervilliers, lundi 30 novembre 2020. Crédit : Julia Dumont, InfoMigrants

Les Afghans sont les plus nombreux à demander l'asile en France en 2020, devant les Guinéens, les Bangladais et les Ivoiriens. Les demandes d'asile ont toutefois baissé de 28% en raison de la crise du Covid-19.

L’Afghanistan reste le premier pays de provenance des demandeurs d’asile en France, selon les premières données publiées par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) pour l’année 2020. 

Ils sont 10 100 à avoir déposé des demandes l'an dernier, sur les 95 600 dossiers enregistrés à l’Ofpra. Et ce alors même que la France a décidé de revoir à la baisse la protection des migrants afghans. En effet, dans une décision émise fin novembre, la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) est revenue sur sa jurisprudence qui accordait très souvent une protection internationale aux demandeurs d’asile afghans. L’an dernier, le nombre de demandes d’asile déposées par des Afghans était sensiblement le même.

>> À (re)lire : Non, la France n'accorde pas la protection "quasi-systématique" à certaines nationalités

Derrière l’Afghanistan, la Guinée est le deuxième pays de provenance des demandeurs d’asile (5 800). Vient ensuite le Bangladesh (5 050), la Côte d’Ivoire (4 950) et le Nigéria (3 970). 

Les demandes de ressortissants de Géorgie et d’Albanie, pays jugés "sûrs" par l’Opfra et qui avaient fortement augmenté en 2019, ont diminué cette année, indique le rapport de l’organisme.

Baisse de 28 % des demandes d'asile

Dans l’ensemble, les demandes d’asile ont chuté cette année de 28 % en France, après plusieurs années de hausse soutenue. En cause, la crise liée à la pandémie de Covid-19 qui a entraîné la chute des voyages internationaux et la fermeture de frontières. 

>> À (re)lire : Les demandes d'asile continuent de baisser en Allemagne en 2020

Au final, en 2020, plus de 33 000 personnes ont été placées sous la protection de l’Ofpra, sous le statut de réfugié ou de la protection subsidiaire, ce qui représente un taux de protection de 23,7 % à l’Ofpra et de 37,7 % après recours devant la Cour nationale du droit d’asile.

 

More articles