Deux migrants en Tunisie, à la recherche d'un passeur vers l'Europe. Crédit : Dana Alboz / InfoMigrants
Deux migrants en Tunisie, à la recherche d'un passeur vers l'Europe. Crédit : Dana Alboz / InfoMigrants

Le nombre de mineurs ayant réussi à atteindre l'Italie depuis la Tunisie au prix d'une traversée de la Méditerranée a quadruplé en 2021 par rapport à 2017, passant de 561 à 2 700 personnes.

Plus de 2 700 mineurs ont traversé la Méditerranée depuis la Tunisie pour rejoindre l'Italie en 2021. C'est quatre fois plus qu'en 2017, où 561 mineurs avaient atteint la péninsule, a indiqué mercredi 16 mars le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES), lors de la présentation d'un rapport annuel. Ce chiffre ne concerne que ceux ayant réussi la traversée.

Parmi ces mineurs arrivés en Italie, 2 076 étaient non accompagnés, selon cette ONG spécialisée dans la question migratoire. En 2017, ce chiffre était de 544.

"C'est un nombre record", a souligné lors d'une conférence de presse à Tunis le porte-parole Romdhane Ben Amor.

>> À (re)lire : Départs depuis la Tunisie : un été record

Entre 70 % et 80 % de ces jeunes sont originaires d'Afrique subsaharienne, a-t-il ajouté. Le nombre de mineurs de nationalité tunisienne ayant effectué ces voyages illégaux n'a pas été communiqué.

"Détérioration de la situation socio-économique et des tensions politiques"

Outre les mineurs, les arrivées, tous âges confondus, en Italie ont largement augmenté l'année dernière. Au total, 15 671 migrants ont réussi à atteindre le pays depuis les côtes tunisiennes en 2021, contre 12 883 en 2020, année de pandémie. En 2017, ils étaient seulement 6 151, toujours selon le rapport du FTDES.

Quant aux tentatives avortées, elles ont quasiment doublé : les garde-côtes tunisiens ont intercepté 25 657 migrants qui tentaient la traversée en 2021, contre 13 466 en 2020.

Pour ces candidats à l'exil, l'Italie, dont la politique d'accueil est pourtant toujours à l'état de tâtonnement, représente le pays de la côte européenne le plus proche de la Tunisie. 

>> À (re)lire : Crise politique, Covid, tarifs bas des passeurs... : les départs depuis la Tunisie ne cessent d'attirer de nouveaux clients  

Romdhane Ben Amor a expliqué ces départs illégaux par une "détérioration de la situation socio-économique et des tensions politiques" dans leurs pays. Depuis 2019, la Tunisie est notamment touchée par une crise politique et un mouvement de contestation sociale.

Interrogé par InfoMigrants en mars 2021, le porte-parole de l'ONG évoquait également l'impact du Covid comme raison de cette augmentation des passages. Selon lui, de nombreux migrants subsahariens ayant perdu leur travail à cause de la pandémie avaient grossi les rangs des migrants.

 

More articles