charlotte oberti

Des logements occupés par des migrants près de Bordeaux. Crédit : InfoMigrants
Antoine Boulanger, un retraité de 65 ans, et Bakary, un Malien en attente de reconnaissance de sa minorité par l'Etat français, vivent sous le même toit à Noisy-le-Grand, en région parisienne, depuis février 2020. Crédit : InfoMigrants
Dans une maison d'Epinay-sur-Seine, en Seine-Saint-Denis, un groupe de neuf migrants vivent dans l'espoir que l'Etat reconnaisse leur minorité. Crédit : InfoMigrants
Ce migrant bloqué en Bosnie affirme avoir été marqué à l'aide d'une bombe de peinture par les forces de l'ordre croates. Crédit : DR
Des réfugiés et personnes en situation de précarité travaillent dans un champs de vignes de la région de Bordeaux, en mai 2020. Credit : Ovale Citoyen
Des tentes de migrants, à Calais, le 31 octobre 2019. Crédit : Mehdi Chebil
Selon MSF, 
une cinquantaine de jeunes isolés dorment toujours à la rue ou dans des hébergements précaires dans le nord de Paris. Photo (illustration) : picture-alliance/empics/J. Brady
Près de la frontière française, le camp de transit pour migrants de la Roya, en périphérie de la ville italienne de Vintimille, a été placé en quarantaine, vendredi 18 avril (archives). Crédit : RFI
Abdul Rahman Ajaj, un réfugié syrien vivant en Normandie, a eu l'idée de rassembler douze familles de réfugiés pour cuisiner des plats pour des soignants. Credit : DR
Le CRA de Vincennes est situé près du bois de Vincennes. Crédit : Capture d'écran Google Maps
En pleine épidémie du coronavirus, alors que les services de santé du pays sont débordés, des dizaines de demandeurs d'asile et réfugiés ayant des compétences dans le secteur médical se portent volontaires pour aider les hôpitaux en France. Photo : Reuters
Dans les Deux-Sèvres, trente-huit migrants résidant dans un centre d'accueil et d'hébergement de demandeurs d'asile ont été testés positifs au Covid-19. Photo (illustration) : picture-alliace/dpa/S.Puchner