julia dumont

A leur arrivée à Douvres, les personnes migrantes sont envoyées dans le centre de détention de Tug Haven. Crédit : HMIP
Des milliers de personnes ont manifesté à Paris samedi 17 octobre 2020 pour réclamer la régularisation des sans-papiers. Crédit : InfoMigrants
Un groupe de migrants secourus en plein désert dans le nord du Niger par l'OIM en 2019. Crédit : OIM
Une quinzaine de jeunes dont la minorité n'a pas été reconnue sont hébergés depuis le 29 septembre dans un théâtre de Seine-Saint-Denis. Crédit : Julia Dumont
Un campement avec 65 migrants disant être mineurs a été installé en juin 2020, dans le square Jules-Ferry, dans le 11e arrondissement de Paris, pour interpeller sur le sort de ces jeunes. Crédit : Bruno Fert / MSF
Le nouveau camp de migrants construit sur l'île grecque de Lesbos. Crédit : REUTERS/Yara Nardi
Shamsullah, 16 ans, vivait dans le camp de Moria avant l'incendie. Maintenant, il est à la rue. Crédit : Mehdi Chebil pour InfoMigrants.
Une femme porte un masque lors d'une distribution de nourriture organisée sur la route entre Moria et Mytilène, à Lesbos. Crédit : Mehdi Chebil pour InfoMigrants.
Après avoir fui le camp de Moria en flammes, les migrants ont été bloqués sur la route de Mytilène. Des centaines de personnes se sont installées sur le parking d'un magasin Lidl. Crédit : Mehdi Chebil pour InfoMigrants
Dimanche 13 septembre, des centaines de femmes du camp de la route de Mytilène, à Lesbos, ont manifesté contre leur envoi dans un nouveau centre fermé. Crédit : Mehdi Chebil pour InfoMigrants
Deux bateaux gonflables flambant neufs que des migrants ont laissés derrière eux dans les Dunes de la Slack, à 30 kilomètres au sud de Calais, le 1er septembre 2020, après qu'une opération de police française les a empêchés d'embarquer. Les canots pneumatiques, d'une valeur d'environ 2000 euros chacun, ont été abandonnés dans les dunes de sable à une centaine de mètres du rivage. Crédit : Mehdi Chebil pour InfoMigrants
Environ 300 personnes vivent dans le campement de Saint-Denis installé depuis début août sous le pont de l'autoroute A1. Crédit : InfoMigrants