katrin gaensler

Les rapatriés comme Rosemary (à g.) et Jennifer ont du mal à trouver du travail et encore plus à s’installer de manière permanente | Crédit: Katrin Gänsler