khojesta ebrahimi

Mahana Jami dans le centre de réfugiés de Bosilegrad. Crédit : DR