marion macgregor

Les excisions se pratiquent avec des pierres tranchantes, des lames de rasoirs ou de simples couteaux.
Des migrants africains font la queue devant un centre de détention en Libye. Ils attendent le bus qui les ramènera dans leurs pays d’origine, novembre 2017 Crédit : Imago
Une survivante de la traite sexuelle, âgée de 23 ans, a trouvé refuge dans une résidence protégée au Royaume-Uni. Crédit : Picture-alliance
Les demandeurs d'asile ne quittent pas le centre d'ancrage tant qu'ils n'ont pas obtenu l'asile ou été expulsés. Crédit : InfoMigrants/Hossein Kermani
Les migrants érythréens en Suisse protestent contre les expulsions | Crédit : Jack Guez/AFP
Deux petites filles au camp de Chatila. Crédit: Charlotte Hauswedell
Une conseillère pour les réfugiés au centre de soins Ipso.  Photo: Britta Pederson/DPA
Environ 8,5% des réfugiés dans le monde ont plus de 60 ans. Crédit: picture-alliance/PIXSELL/D. Javorovic
Une réfugiée sahraouie dans un camp près de Tindouf en Algérie
Des enfants dans un centre pour mineurs isolés à Athènes. Crédit: picture-alliance/AP Photos/T. Stavrakis
Les apatrides courent un plus grand risque d'être détenus ou renvoyés de force faute de papiers d'identité | Crédit : Mehdi Chebil
Selon le HCR, de nombreuses personnes ayant besoin d'être réinstallées se trouvent dans des pays africains situés le long de la route méditerranéenne centrale.
Crédit: Silas Adamou/Ärtze ohne Grenzen