Bosnie-Herzégovine

Un homme se réchauffe à l'aide d'une couverture dans le camp de Vucjak où les migrants n'ont aucun accès à l'eau ou au chauffage. Crédit : Reuters
Des garde-frontières bosniens et croates face à des migrants, à Maljevac, le 24 octobre 2018. Crédit : Reuters
ELVIS BARUKCIC/AFP | Des migrants venus pour la plupart d'Afghanistan ou du Pakistan survivent dans le camp de fortune de Vucjak, dans le nord de la Bosnie.
La neige a commencé à tomber sur le camp de Vucjak dans le nord de la Bosnie. Crédit : REUTERS/Dado Ruvic
Environ 2 500 migrants survivent dans le camp de Vucjak et dans les bois alentours dans l'espoir de réussir à passer la frontière croate. Crédit : Reuters
Des migrants marchent devant le centre du Miral, à Velika Kledusha, en Bosnie. Crédit : Reuters
Des garde-frontières bosniens et croates face à des migrants, à Maljevac, le 24 octobre 2018. Crédit : Reuters
Marouane, un migrant marocain à Sarajevo, qui a tenté plusieurs fois de traverser la frontière vers la Croatie, s'est fait frapper et dépouiller par la police croate. Photo : DR
le camp de Vucjak n'a ni eau courante, ni électricité. Depuis le 21 octobre, la mairie de Bihac a cessé d'approvisionner le camp en eau potable. Crédit : Jeanne Frank/ Item pour InfoMigrants
Vahid Lotfi, sa femme Elaheh et leurs enfants en bas-âge ont quitté l’Iran fin 2017
Deux fois par jour, à 10 heures et 15 heures, les migrants attendent en file indienne devant une tente où a lieu la distribution des repas. Le petit-déjeuner se compose de tartines de pain et de confiture. Pour le déjeuner, des pâtes ou des lentilles sont souvent servies. La Croix rouge n’a pas les moyens d’offrir le dîner. Crédit : Jeanne Frank, Item, pour InfoMigrants
Environ 600 hommes seuls, majoritairement originaires du Pakistan et d'Afghanistan, vivent dans le camp de Vucjak, dans le nord de la Bosnie. Crédit : Jeanne Frank, Item.