Des migrants sur le navire Lifeline de l'ONG allemande Mission Lifeline. Crédit : Hermine Poschmann/Misson-Lifeline/Handout via REUTERS
Des migrants sur le navire Lifeline de l'ONG allemande Mission Lifeline. Crédit : Hermine Poschmann/Misson-Lifeline/Handout via REUTERS

Alors que certains dirigeants européens s'étaient réunis dimanche pour un sommet sur la crise migratoire en Europe, un nouveau navire humanitaire est bloqué depuis samedi au large de l'Italie. Rome refuse de le laisser entrer dans l'un de ses ports pour débarquer les migrants sauvés au large de la Libye.

"Cher Matteo Salvini, nous n’avons pas de viande à bord mais des humains." L’ONG allemande Mission Lifeline qui affrète le navire humanitaire Lifeline a répondu dimanche 24 juin à une provocation de Matteo Salvini sur Twitter, l’invitant à venir constater par lui-même que les migrants à son bord sont bien "des êtres humains [sauvés] de la noyade".

Le ministre italien de l’Intérieur et dirigeant du parti d’extrême droite de La Ligue avait évoqué quelques jours plus tôt la cargaison de "chair humaine" du navire bloqué depuis samedi au large de l’Italie avec 239 migrants à son bord.

À la veille d'un mini-sommet européen sur la migration, le gouvernement italien a refusé d’ouvrir ses ports au Lifeline. Malte a également exclu de l’accueillir mais lui a envoyé samedi de la nourriture et de l’eau. Deux autres navires allemands, le Sea-Eye et le Sea-Watch, lui ont apporté des médicaments et des couvertures. Moins de deux semaines après l’affaire de l’Aquarius, le Lifeline est en train de devenir le nouveau symbole des divisions de l'UE au sujet de la prise en charge des migrants. 

Menaces de mise sous séquestre

Rome estime que le navire, qui bat pavillon néerlandais, n’a pas respecté le droit international en accueillant à son bord des migrants alors que les garde-côtes libyens étaient en train d'intervenir. L’Italie a menacé de mettre sous séquestre le navire ainsi qu'un autre bateau, le Seefuchs, affrété par l'ONG allemande Sea-Eye, s’ils venaient mouiller dans des ports italiens.

Le "Lifeline a enfreint les règles en ignorant les directives italiennes", a tweeté de son côté samedi Joseph Muscat, le Premier ministre maltais.

Le Lifeline devrait prochainement rejoindre le porte-conteneurs danois Alexander Maersk, lui aussi bloqué au sud de la Sicile avec 108 migrants secourus ce week-end à son bord et qui pourrait assurer une protection au petit bateau de Lifeline en cas de mauvais temps. 

Renvois en Libye

Depuis mercredi, près de 2 000 personnes ont par ailleurs été récupérées en mer et ramenées en Libye par les garde-côtes libyens. Les ONG qui viennent en aide aux migrants estiment que les opérations de récupérations des embarcations de migrants par les garde-côtes libyens ne sont pas satisfaisantes car les migrants sont systématiquement ramenés en Libye où ils sont enfermés en centre de rétention et subissent des mauvais traitements.

>> À lire : Des migrants portent plainte contre l'Italie pour son recours aux gardes-côtes libyens

L'ONG espagnole Proactiva Open Arms a affirmé dimanche que l'Italie avait refusé l'aide de son navire pour secourir un millier de migrants au large de la Libye. Rome affirmant, selon elle, que les garde-côtes libyens s'en chargeraient.

"Laissez les autorités libyennes faire leur travail de secours, de récupération et de rapatriement (des migrants) vers leur pays, comme elles l'ont fait depuis quelque temps, sans que les navires des ONG avides ne les gênent ou causent des troubles", a déclaré dimanche Matteo Salvini. "Les ports italiens sont et seront fermés à ceux qui aident les trafiquants d'êtres humains", a-t-il ajouté.


 

Et aussi