JACK GUEZ / AFP | Depuis plus d'un an, les conditions d'obtention de l'asile se sont durcies en Suisse pour les Érythréens, provoquant l'inquiétude de la communauté (image d'illustration).
JACK GUEZ / AFP | Depuis plus d'un an, les conditions d'obtention de l'asile se sont durcies en Suisse pour les Érythréens, provoquant l'inquiétude de la communauté (image d'illustration).

Depuis plus d'un an, les conditions d'obtention de l'asile se sont durcies en Suisse pour les Érythréens. Dernière mesure en date : un tribunal a décidé cet été qu'il était légal de renvoyer les déboutés de l'asile en Érythrée, même s'ils risquent les travaux forcés. L'annonce a créé un vent de panique dans la communauté.

Avec notre correspondant à Genève, Jérémie Lanche

La décision intervient alors que l’Érythrée vient de signer un accord de paix avec l’Éthiopie. Mais pas sûr que cela change quoi que ce soit pour les candidats à l'exil, estime Aldo Brina, chargé de l'asile au Centre social protestant de Genève.

« Les requérants d’asile érythréens qui arrivent en Suisse ne fuient pas à cause de la guerre avec l’Ethiopie. D’ailleurs, dans les décisions de justice, le tribunal reconnaît lui-même qu’il y a un certain nombre de mauvais traitements, d’abus sexuels au sein de l’armée. Le service national dure très longtemps, voire une durée indéterminée. Et il est actuellement dangereux d’y renvoyer des personnes. »

Tedros Eyasu a demandé l'asile il y a plus de vingt ans en Suisse. Il sait que ceux qui arrivent aujourd'hui n'ont pas la même chance d'obtenir une protection. « Les critères de la demande d’asile sont assez compliqués. Et aujourd’hui, c’est la terreur totale parce qu’ils voient les portes qui se ferment, les frontières… »

La Suisse accueille 30 000 Érythréens. Certains sont réfugiés, d'autres en attente de statut. Pour le député socialiste et membre de la commission de politique extérieure du parlement Carlo Sommaruga, si les Érythréens sont pointés du doigt, c'est avant tout pour des raisons politiques. « En Suisse, il y a une pression politique énorme par le parti nationaliste. Et je suis relativement inquiet pour la communauté érythréenne en Suisse mais aussi pour d’autres communautés qui pourraient subir le même sort. »

Et à cause du durcissement des conditions d'accueil, au moins une centaine de requérants d'asile auraient déjà quitté la Suisse pour la France, l'Allemagne et l’Angleterre.

Plusieurs milliers d'Erythréens devraient manifester ce vendredi 31 août devant l'ONU à Genève pour alerter sur la nature du régime d'Asmara. Les ONG de défense des droits de l'homme qualifient l’Érythrée de "Corée du Nord africaine" ou de "prison à ciel ouvert".


Texte initialement publié sur : RFI

 

Et aussi