Des enfants dans un centre pour mineurs isolés à Athènes. Crédit: picture-alliance/AP Photos/T. Stavrakis
Des enfants dans un centre pour mineurs isolés à Athènes. Crédit: picture-alliance/AP Photos/T. Stavrakis

Toutes les deux minutes environ, un enfant disparaît en Europe. Beaucoup de ces enfants sont des migrants - certains sont venus en Europe avec leur famille, d'autres seuls. Ils sont enregistrés, puis ils disparaissent, et face à cette situation, personne ne semble avoir de solution.

Omid Mahmoudi n'en serait peut-être pas là où il est aujourd'hui, s'il n'y avait eu des passeurs de clandestins. En 2011, alors qu'il était encore enfant, il a quitté l'Afghanistan pour l'Europe, payant des passeurs pour l'aider à faire la traversée.

Aujourd'hui installé en Suède, Omid Mahmoudi a une vingtaine d'années. Il a écrit des livres, remporté des prix et fondé une organisation pour mineurs non accompagnés appelée Ensamkommandes Forbund.

Cependant, des milliers d'enfants comme Omid Mahmoudi n'atteignent jamais leur destination. On estime que plus de dix mille enfants migrants non accompagnés ont disparu en Europe ces dernières années. Rien qu'en Allemagne, environ 9 000 enfants migrants voyageant sans leurs parents ont été portés disparus l'année dernière.

Conférence "Perdus dans la migration ", sur les enfants disparus en Europe, qui s'est tenue à Bruxelles en avril 2018

 L'ONG "Missing children Europe" (Enfants disparus en Europe) recueille des informations auprès d'organisations locales qui gèrent la ligne d'assistance téléphonique européenne pour les enfants disparus (116 000) et tente de mesurer l'ampleur du problème.

Comment les enfants disparaissent-ils ?

Le tableau actuel est particulièrement sombre. Federica Toscano, de l'organisation, indique que l'âge le plus courant des enfants migrants disparus est de 13 ans, certains n'ayant que quatre ans et disparaissant juste après leur arrivée en Europe.

Les enfants migrants disparaissent pour différentes raisons, explique Mme Toscano. Certains sont découragés par la longue attente pour le traitement de leur demande d'asile. D'autres partent parce qu'ils ont peur que les autorités ne les renvoient chez eux ou dans le pays où ils sont arrivés pour la première fois en Europe.

C'est particulièrement vrai pour les jeunes de 16 et 17 ans qui " vieillissent " et qui craignent ce qui se passera lorsqu'ils auront 18 ans et que leur protection prendra fin.

Beaucoup d'enfants disparaissent car ils quittent les centres d'accueil ou les foyers à cause de conditions de vie que Missing Children Europe décrit comme "tout simplement inhumaines". Dans les zones sensibles en Grèce et en Italie, les enfants migrants sont souvent détenus dans des camps qui ressemblent à des centres de détention et qui sont intolérables à long terme, affirme Ciara Smyth, juriste de l'Université nationale d'Irlande.

Federica Toscano de l'ONG Missing Children Europe

N'ayant que rarement accès à des informations fiables et adaptées à leur âge sur leurs droits, de nombreux enfants se tournent vers les passeurs et les trafiquants qui les ont amenés dans le pays.

"Les réseaux criminels se concentrent de plus en plus sur les enfants migrants non-accompagnés. Ils exercent parfois une pression psychologique ou physique sur les enfants pour qu'ils quittent le centre d'accueil ", explique Mme Toscano.

Pas de solutions rapides

Les autorités européennes s'efforcent d'améliorer les services d'hébergement et d'accompagnement des enfants. Elles tentent également de créer un réseau européen d'institutions de tutelle, même si la mise en place de ce réseau est lente.

Mais le projet visant à améliorer le signalement et l'enregistrement des disparitions n'avance pas. Certains souhaitent mettre à jour les règles applicables à Eurodac, la base de données européenne permettant de conserver les empreintes digitales des personnes qui demandent l'asile ou qui entrent irrégulièrement en Europe. La Commission européenne a suggéré d'enregistrer les empreintes digitales et les photographies d'enfants dès l'âge de six ans.

Eurodac enregistre les empreintes digitales des migrants

Omid Mahmoudi souligne que la prise d'empreintes digitales pourrait également être contre-productive. "Au lieu de demander pourquoi les enfants disparaissent, nous créons d'autres mesures qui leur font peur. Les enfants ont peur de donner leurs empreintes digitales, même les enfants de six ans ont peur d'être expulsés s'ils sont pris", a-t-il déclaré au site EU Observer.

 La réforme d'Eurodac seule ne suffira pas à empêcher la disparition d'enfants. Les institutions européennes et les Etats membres doivent faire beaucoup plus pour protéger les enfants migrants, selon Save the Children. Par exemple, l'organisation a appelé à la suppression des "politiques restrictives" telles que les limites du regroupement familial.

Selon Federica Toscano, un renforcement des programmes de regroupement familial pourrait contribuer à réduire le nombre d'enfants disparus. Ce qui manque, c'est la volonté politique. "La disparition est le symptôme d'une autre chose qui ne fonctionne pas, dit-elle. "Et ce qui ne fonctionne pas doit être solutionné dans de nombreux domaines."

 Que faire si un enfant disparaît ?

 Il y a certaines mesures que tout un chacun peut prendre pour aider à retrouver ces enfants. Si un enfant a disparu, vous devez appeler ou envoyer un SMS à la hotline européenne pour enfants disparus 116000. N'importe qui peut utiliser cette hotline. La personne qui répondra à l'appel sera un membre du personnel de l'organisation locale qui s'occupe des enfants disparus.

Pour aider à retrouver des enfants disparus, vous pouvez consulter le site web de l'organisation nationale des enfants disparus de votre pays. Regardez attentivement les photos et les détails sur les enfants disparus.

En avril, Missing Children Europe a lancé une application mobile gratuite pour les jeunes migrants appelée Miniila ("de... à" en arabe). L'application contient des informations sur les droits et les services de soutien locaux disponibles pour aider les enfants à venir en Europe en toute sécurité.

 

Et aussi