Gérard Collomb, le 12 septembre. Crédit : Reuters
Gérard Collomb, le 12 septembre. Crédit : Reuters

Le ministre de l’Intérieur français, Gérard Collomb, souhaite que les personnes en situation irrégulière en Europe soient expulsées de manière "plus efficace et harmonisée". Il souhaite aussi que la France renforce sa coopération avec le Maghreb pour contenir les flux de migrants, candidats au départ.

Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a plaidé jeudi pour des procédures européennes d’expulsion "plus efficaces et harmonisées" des migrants économiques en situation irrégulière, peu avant une réunion avec ses homologues européens à Vienne.

Le ministre a défendu en filigrane la nouvelle loi Asile et immigration, votée au mois d’août. Le texte vise à ramener de 11 mois à 6 mois le traitement des demandes d'asile, pour faciliter à la fois l'expulsion des déboutés et l'accueil des réfugiés. Il allonge par ailleurs de 45 à 90 jours la durée maximale de la rétention et facilite l'éloignement pour certaines catégories de déboutés.

>> À relire sur InfoMigrants : "France : la loi Asile et Immigration adoptée, qu’est ce qui va changer ?"

Gérard Collomb a également redit l’attachement de Paris à la révision du règlement de Dublin - qui confie le traitement de la demande d’asile au premier pays de l’UE qui a enregistré le migrant. La France souhaite modifier certaines de ses clauses notamment celle qui autorise un migrant à déposer une demande d’asile dans n’importe quel autre pays après 18 mois d’attente.

De nombreux Afghans déboutés de leur demande d’asile déposée en Allemagne ou dans les pays du nord viennent ainsi tenter leur chance en France.

>> À relire sur InfoMigrants : "Asile : ces déboutés qui pensent, à tort, avoir une chance dans un autre pays européen"

Renforcer la coopération avec le Maroc

Lors de cette réunion jeudi et vendredi dans la capitale autrichienne, Gérard Collomb a réitéré sa volonté de renforcer la coopération de l’Europe avec le Maghreb, pour "que cessent les départs de migrants en mer au péril de leur vie", selon les termes d'un communiqué.

>> À relire sur InfoMigrants : "Vidéo : un jeune Marocain tente la traversée de la Méditerranée sur une bouée, sans rames"

La réunion à Vienne devra également permettre de faire "un premier bilan" des "centres contrôlés", du nom de ces nouvelles structures mises en place dans les ports européens pour permettre de distinguer les réfugiés (ceux qui fuient guerre et persécutions) des migrants économiques (ne relevant pas de l’asile) à l’arrivée des navires humanitaires.

De son côté, Herbert Kickl, son homologue autrichien, a indiqué que l'Autriche poursuivait des discussions bilatérales avec d'autres États pour essayer de mener à bien un projet de création de "centres de retour" pour les déboutés du droit d'asile qui ne pourront pas être immédiatement reconduits dans leur pays d'origine.

 

Et aussi