Le camp de Moria sur l'île de Lesbos en Grèce. Crédits : Reuters/Alkis Konstantinidis (archive)
Le camp de Moria sur l'île de Lesbos en Grèce. Crédits : Reuters/Alkis Konstantinidis (archive)

La Grèce a annoncé le transfert de 2000 migrants se trouvant sur l’île de Lesbos vers le continent d’ici la fin du mois de septembre. Depuis des mois, ONG et défenseurs des droits de l’Homme appellent le gouvernement à agir face à la surpopulation de migrants vivant sur l’île dans des conditions indignes.

Le gouvernement grec accélère le transfert de migrants se trouvant dans le camp de Moria sur l’île de Lesbos : 2000 d’entre eux vivant actuellement dans des conditions précaires vont être déplacés vers le continent d’ici la fin du mois, a déclaré Dimitris Tzanakopoulos, un porte-parole du gouvernement, reconnaissant que la situation à Moria était “très difficile”.

Cette annonce intervient un peu plus d’une semaine après que le gouverneur local a menacé de fermer totalement ce camp de migrants -le plus grand de Grèce- si le gouvernement ne l’assainissait pas sous 30 jours.

Avec 7000 à 8000 personnes, le camp établi sur une ancienne base militaire abrite près de trois fois plus que sa capacité d’accueil. Les migrants vivent donc entassés dans des tentes et des conteneurs reconvertis en abris de fortune. Les conditions sanitaires y sont également déplorables.

>> À (re)lire sur InfoMigrants :  Lesbos ou la souffrance aux confins de l’Europe

Adolescents suicidaires

Depuis 2017, l’ONU et des associations de défense des droits de l'Homme tirent la sonnette d’alarme quant aux conditions de vie dans ce camp. Le mois dernier, le Haut-commissariat pour les réfugiés avait exhorté la Grèce à accélérer le transfert des réfugiés vers le continent, jugeant qu'un point critique avait été atteint dans le camp de Moria.

Plus récemment, la semaine dernière, plus d’une dizaine d’ONG ont joint leurs forces pour demander à la Grèce d’agir afin que ses camps de migrants soient rendus habitables. Médecins sans frontières a également affirmé, lundi, qu’une crise sanitaire sans précédent était en train de causer des ravages à Moria, notamment chez les adolescents dont un nombre croissant tente de se suicider ou se fait du mal.

Quelque 3000 personnes ont déjà été transférées vers le continent au cours de l’été, suivies par 700 autres la semaine dernière, a affirmé le porte-parole gouvernemental Dimitris Tzanakopoulos, promettant que les 2000 autres seraient déplacés avant la fin septembre.

Le commissaire pour les migration de la Commission européenne, Dimitris Avramopoulos, est attendu à Athènes dans les prochains jours pour discuter de la situation avec le Premier Ministre Alexis Tsipras.

 

Et aussi