Des migrants arrivent à La Valette, à Malte, le 30 septembre. Crédit : Reuters
Des migrants arrivent à La Valette, à Malte, le 30 septembre. Crédit : Reuters

Quelque 58 migrants secourus au large de la Libye par l'Aquarius ont débarqué dimanche à Malte. Ils seront répartis dans quatre pays européens. Le navire humanitaire, de son côté, retourne à Marseille, son port d'attache, pour tenter de trouver un nouveau pavillon.

Les 58 migrants sauvés au large de la Libye par le navire humanitaire Aquarius ont débarqué dimanche dans le port de La Valette, à Malte, après presque une semaine d'attente au large de la petite île méditerranéenne.

Ces personnes, essentiellement d'origine libyenne, ont pris place dans deux bus mis à disposition par les autorités maltaises.

Ces 58 migrants, dont 17 femmes et 18 mineurs, une fois les contrôles sanitaires et légaux effectués, seront ensuite transférés vers plusieurs pays européens, conformément à un accord trouvé mardi.

Aux termes de cet accord, la France accueillera 18 de ces migrants, l'Allemagne et l'Espagne 15 chacune et le Portugal 10.

Sauvés par l'Aquarius lundi, ces migrants ont attendu jusqu'à dimanche au large de Malte, en raison d'une mer très agitée, avant d'être transférés dans la matinée sur un navire des garde-côtes maltais depuis l'Aquarius, resté dans les eaux internationales.

L'Aquarius devrait maintenant faire route vers Marseille, son port d'attache dans le sud de la France.

>> À relire : "Quand Gibraltar a retiré une première fois son pavillon à l'Aquarius" 

SOS Méditerranée et Médecins sans frontières, qui participent aux opérations de sauvetage de l'Aquarius, ont lancé cette semaine un appel international pour que le navire retrouve rapidement un pavillon, faute de quoi il ne pourra plus reprendre la mer.

Au large de la Libye, plus aucun navire humanitaire n'est présent pour secourir les migrants qui tentent la traversée. La vaste zone de détresse (appelée SAR zone) est aujourd'hui placée sous la responsabilité de garde-côtes libyens, pas toujours suffisamment équipés et formés. Conséquence : si les départs de Libye continuent de diminuer, la proportion de morts explose. Elle est passée, selon des experts, de 1 mort pour 42 départs en 2017 à 1 pour 18 entre juin et août 2018.

 

Et aussi