RFI/Daniel Frederico | Réfugiés de RDC en Angola, ici en mai 2017 (photo d'illustration).
RFI/Daniel Frederico | Réfugiés de RDC en Angola, ici en mai 2017 (photo d'illustration).

Environ 50 000 Congolais - dont 13 000 enfants - venus d'Angola sont arrivés dans la province du Kasaï depuis le début du mois, en marge d'une opération de la police angolaise menée contre les personnes en situation irrégulière sur le territoire angolais.

Le poste frontalier de Kamako a accueilli encore ce mardi des milliers des Congolais venus d'Angola. Parmi eux, il y a plus de "retournés volontaires" que de refoulés.

La police angolaise évoque même les chiffres de 180 802 ressortissants de la République démocratique du Congo (RDC) qui, dit-elle, ont librement quitté le territoire angolais depuis le début d'une opération de police menée contre les personnes en situation irrégulière.

Les Congolais venus d'Angola justifient leur départ de la région voisine de Lunda Norte par, disent-ils, la brutalité de la police angolaise.

Au poste-frontière de la ville de Kamako, certains passent la nuit à la belle étoile, d'autres dans les églises et dans des écoles. Beaucoup également prennent la direction d'autres localités avoisinantes.

L'accueil n'est pas encore organisé. Les autorités locales disent être débordées et attendent une intervention du gouvernement central et un appui des organismes internationaux.

A Kinshasa, la communauté humanitaire ne s'est pas encore décidée sur les actions à entreprendre. Même l'étape préliminaire qui doit mettre autour d'une table les programmes nationaux et internationaux pour effectuer l'état des lieux de la situation n'a pas encore été réalisée.

Texte initialement publié sur : RFI

 

Et aussi