Des échauffourées ont éclaté mercredi entre policiers et migrants alors qu'une centaine de personnes bloquées en Bosnie ont tenté de franchir la frontière. Crédit : REUTERS/Marko Djurica
Des échauffourées ont éclaté mercredi entre policiers et migrants alors qu'une centaine de personnes bloquées en Bosnie ont tenté de franchir la frontière. Crédit : REUTERS/Marko Djurica

De nouveaux heurts ont éclaté mercredi entre des migrants et des policiers à la frontière entre la Bosnie et la Croatie. Trois migrants ont été blessés au cours de ces échauffourées.

La frontière séparant la Bosnie de la Croatie est de nouveau un lieu d’affrontements entre migrants et policiers. Trois migrants ont été blessés mercredi 24 octobre dans des heurts avec les forces de police bosniennes et croates.

C’est à proximité du poste-frontière de Maljevac, près de la ville bosnienne de Velika Kladusa (nord-ouest), que les échauffourées ont éclaté pour la seconde fois de la semaine. Une centaine de migrants se sont dirigés vers la frontière avec la Croatie, tentant de se frayer un passage à travers un cordon de policiers bosniens. Ils ont été stoppés par une colonne de la police anti-émeutes des deux pays.

>> À lire : "Il n'y a pas pire qu'ici", dans le nord de la Bosnie, les migrants vivent dans des conditions effroyables

Deux policiers ont également été "légèrement blessés" par des jets de pierre, selon un communiqué du ministère croate de l’Intérieur.

Le poste-frontière de Maljevac avait déjà été témoin de violences la veille lorsque des policiers bosniens ont empêché environ 250 migrants de s'approcher de la frontière croate.

La Bosnie, devenue l’année dernière une nouvelle étape sur la route des Balkans, a accueilli environ 20 000 migrants depuis le début de l’année 2018. Plusieurs milliers de personnes se sont installées au nord-ouest du pays, dans la région de Bihac et de Velika Kladusa, dans l’espoir de passer la frontière avec la Croatie et d’entrer dans l’Union européenne (UE).

Débordées par les arrivées de migrants et contraintes par les demandes de Bruxelles d’installer des centres d’hébergement loin de la frontière de l’UE, les autorités bosniennes ne sont pas encore parvenues à mettre en place un centre d'hébergement dans le nord-ouest du pays. Alors que l’hiver approche, la plupart des migrants séjournent encore dans des campements de fortune.



 

Et aussi