Le camp - aujourd'hui fermé - de migrants de Souda, sur l'île de Kios. Crédit : InfoMigrants
Le camp - aujourd'hui fermé - de migrants de Souda, sur l'île de Kios. Crédit : InfoMigrants

L’année 2018 a été marquée par une forte hausse des arrivées de migrants à la frontière terrestre gréco-turque. Les autorités grecques et le HCR s’inquiètent notamment du nombre de mineurs seuls parmi eux.

Le flux migratoire à la frontière gréco-turque a fortement augmenté en 2018 par rapport à l’année précédente. Entre janvier et fin octobre 2018, 11 003 personnes au total ont franchi cette frontière à destination de l'Europe, "une augmentation de 140 %" par rapport à la même période 2017, selon Irini Logotheti directrice du camp de Fylakion, à proximité du fleuve Evros, qui marque la frontière gréco-turque à l'extrême nord-est de la Grèce.

>> À lire : Grèce : près de 7 000 migrants toujours bloqués dans le camp de Moria à Lesbos

"Notre principale inquiétude est la hausse importante des personnes vulnérables et du nombre des mineurs non accompagnés cette année", a déploré auprès de l'AFP Margaritis Petritzikis, responsable du HCR dans le camp. Un tiers des migrants hébergés dans le camp de Fylakion sont des mineurs non accompagnés, soit "93 personnes sur un total de 265", indique Irini Logotheti.

Le taux de personnes vulnérables a augmenté de 73 % en 2018 par rapport à l’année précédente. La plupart des migrants présents dans le camp sont Irakiens, Afghans, Syriens, Pakistanais mais aussi Turcs.

Construit pour accueillir 180 personnes, le camp est au delà de sa capacité. De nouveaux conteneurs doivent être installés en décembre par le HCR afin de porter sa capacité d’accueil à 400 places.

Après leur identification et enregistrement, qui peut prendre quatre jours, les migrants et réfugiés sont transférés vers d'autres camps situés à Thessalonique ou à Athènes. Chaque jour, un minimum de 60 personnes sont ainsi transférées, tandis que le même nombre arrivent, selon Irini Logotheti.

>> À relire : Des enfants tentent de se suicider dans le camp de Moria en Grèce


 

Et aussi