L'Aquarius dans le port de Valence, en 2017. crédit : Mehdi Chebil
L'Aquarius dans le port de Valence, en 2017. crédit : Mehdi Chebil

Après avoir perdu son pavillon de Gibraltar et du Panama, l’Aquarius a obtenu une immatriculation provisoire du Liberia. Ce nouveau pavillon ne permet cependant pas au navire humanitaire de reprendre la mer. Le geste est purement administratif.

L'association SOS Méditerranée a annoncé l'obtention d'une "immatriculation provisoire" du Liberia pour son navire l'Aquarius. Ce nouveau drapeau ne permet cependant pas à l'Aquarius de reprendre la mer et de secourir des migrants. 

L'Aquarius, qui a sauvé 29 500 migrants dans un peu plus de 200 opérations de sauvetage depuis février 2016, reste à Marseille : l'immatriculation accordée par le Liberia est "purement administrative" et permet notamment de régler des "questions d'assurance", a précisé une porte-parole de l'association.

Le navire humanitaire est amarré à Marseille depuis un mois, après s'être vu retirer son pavillon successivement par Gibraltar et le Panama. La mesure a pris effet fin octobre pour ce dernier pays. SOS Méditerranée est "toujours à la recherche d'une solution pérenne qui permettrait à l'Aquarius de reprendre sa mission vitale en Méditerranée", c'est à dire un nouveau pavillon.

L'association, dont le navire a été au centre de plusieurs bras de fer avec des États européens ces derniers mois estime que les retraits de pavillon ont un motif politique, "inédites dans l'histoire maritime", a-t-elle ajouté.

Le Panama a affirmé en octobre avoir pris sa décision "conformément à (son) droit maritime" sans "rien à voir" avec le dossier des migrants. Selon SOS Méditerranée, les autorités maritimes panaméennes ont au contraire évoqué des "pressions italiennes", pour justifier le retrait de leur pavillon, avait déclaré Francis Vallat, le président de SOS Méditerranée-France.

 

Et aussi

Webpack App